FUGAIN Pierre

Par Jean-Pierre Besse

Né le 29 août 1919 à La Rochette (Savoie), mort le 17 juillet 2009 à Grenoble (Isère) ; docteur en médecine ; résistant ; militant anticolonialiste dans l’Isère ; responsable départemental de l’ANACR.

Les parents de Pierre Fugain étaient gérants d’une épicerie. Boursier, il fit ses études au lycée Champollion (1931-1938) puis commença des études de médecine. Surveillant à l’école Vaucanson, il créa le premier syndicat CGT des maitres d’internat et l’année suivante, 1939, devint surveillant au lycée Champollion. Il militait alors aux Jeunesses communistes. Il avait participé à sa première manifestation en 1934 contre la venue à Grenoble de Philippe Henriot. En 1936, il avait essayé de s’engager dans la colonne Durruti aux cotés des Républicains espagnols mais son jeune âge et l’hostilité des communistes à cet engagement avaient fait avorter cette tentative.

Mobilisé en 1939, fait prisonnier, il s’évada au Mans du train qui le conduisait en Allemagne.
Revenu à Grenoble fin 1940, il reprit ses études de médecine, son poste de surveillant et ses activités militantes, mais dans la clandestinité. Arrêté le 24 mai 1941 pour propagande communiste, il fut incarcéré avant d’être interné au Fort Barraux le 25 juin 1941 d’où il s’évada en juin 1942.
Il trouva un emploi au garage des Messageries de presse du Petit Dauphinois et entra au réseau de renseignements Coty, rattaché au BCRA, dont il devint en 1944 le chef adjoint.

A la Libération, il reprit ses études de médecine. Il s’installa à Voreppe puis à Grenoble, dans le quartier populaire de Berriat . Un moment adhérent du Parti communiste, il s’en éloigna. Il fut de tous les combats anticolonialistes (lutte contre la guerre de Corée, d’Indochine, d’Algérie) et de toutes les luttes en faveur de la contraception et du droit des femmes.

La retraite venue, il s’engagea dans les associations d’anciens résistants et en particulier l’ANACR. Il présida le comité départemental de cette association de 1969 à 2006 avant d’en devenir le président d’honneur.

Pierre Fugain avait publié en 1971 un ouvrage sur l’histoire du réseau auquel il avait appartenu sous le titre Ici l’ombre.

Il s’impliqua fortement dans les manifestations de protestation contre le Front national, notamment lorsque Charles Millon (alors UDF) avait été élu en 1998 président du Conseil régional de Rhône-Alpes avec les voix du FN.

Il fut élevé au grade de Commandeur de la Légion d ’honneur en 1999.

Il était père de deux enfants, un garçon et une fille. Son fils Michel Fugain (né le 12 mai 1942 à Grenoble) est chanteur, auteur compositeur de renom, sa fille Claude est médecin.

Le 22 juillet 2009, le Parti socialiste rendait hommage à Pierre Fugain en ces termes :

"Pierre Fugain aura été de tous les combats. Sa vie se confond avec les grandes luttes du XXème siècle : la résistance, l’anti-colonialisme, le rejet du fascisme et de l’extrême droite, mais aussi le combat pour l’émancipation des femmes par la reconnaissance du droit à l’avortement et à la contraception."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74907, notice FUGAIN Pierre par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 3 août 2010, dernière modification le 4 avril 2022.

Par Jean-Pierre Besse

ŒUVRE : Ici l’ombre édité par le CRDP de Grenoble.

SOURCES : Résistance Isère, journal de l’ANACR Isère, n° 158, septembre-octobre-novembre 2009.— Le Dauphine libéré, 19 juillet 2009. — Jean-Pierre Ravery, recherche iconographique.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément