FRANSON Louis, Martin, Norbert

Par Jean-Luc Pinol

Né le 16 avril 1879 à Bruxelles (Belgique) ; ouvrier sculpteur sur bois ; syndicaliste unitaire (CGTU) du bois et militant communiste de Champigny-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne).

Fils d’un ébéniste, Louis Franson se maria à Montreuil (Seine, Seine-Saint-Denis) le 22 novembre 1902 mais vécut longtemps en Belgique (Bruxelles, 1904 ; Saint-Josse-ten-Noode, 1905-1909, Bruxelles, 1909 ; Molenbeek-Saint-Jean, 1910). Il fut naturalisé Français par décret du 4 octobre 1927. Il vivait avec Amélie Cayot, née à Paris (XIIe arr.) en 1883 et était père d’une fille âgée d’une vingtaine d’années en 1932. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, il fut décoré de la Croix de guerre belge. Il habitait 124 rue Jean-Jaurès à Champigny. Ouvrier sculpteur sur bois, il était, en 1932, secrétaire de la Chambre syndicale de la sculpture et membre, depuis mai 1931, de la commission exécutive de la Fédération nationale unitaire de l’Industrie du Bois.

Secrétaire du comité intersyndical de Champigny, il était également secrétaire du sous-rayon de cette localité du 12e rayon de la Région parisienne du Parti communiste. Il était trésorier de la Fédération nationale des comités de défense des travailleurs mal lotis dont le siège se trouvait 49 rue de Bretagne à Paris (IIIe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74922, notice FRANSON Louis, Martin, Norbert par Jean-Luc Pinol, version mise en ligne le 19 octobre 2009, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Jean-Luc Pinol

SOURCES : Arch. PPo. 313, dossier 2000-60-4, rapport de mars 1932. — État civil de Bruxelles, 7 juin 1984.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable