BAYETTE Raymond

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

Né le 8 juillet 1908 à Arcueil (Seine, Val-de-Marne), mort le 4 novembre 1978 à Libourne (Gironde) ; ouvrier bijoutier puis monteur en chauffage ; résistant ; militant communiste d’Arcueil ; maire adjoint d’Arcueil (1945-1967).

Arch. Mun. Arcueil, non coté (Photographie par Gérald Bloncourt, 1965. Tous droits réservés)

Fils d’un employé de commerce et d’une ménagère, Raymond Bayette était titulaire du certificat d’études primaires. Il fut apprenti dans la bijouterie avant de devenir monteur en chauffage. Appelé en novembre 1928, il effectua son service militaire en Algérie, dans l’infanterie. Déjà vendeur de l’Humanité et membre des CDH en 1934, il adhéra au Parti communiste en octobre1935. Membre du bureau de la section à Cachan vers 1936, il fut secrétaire du comité de Front populaire d’Arcueil dès sa création. En 1938, il fut relevé de ses responsabilités pour s’être opposé au trésorier « qui par son action nuisait au Parti » et au secrétaire de section « qui avait une position sectaire et autoritaire ». L’exclusion du trésorier lui donna raison peu de temps après.

Mobilisé en 1939, il servit en Norvège lors de la bataille de Narvik (avril-juin 1940). Débarqué à Lorient (Morbihan), il regagna aussitôt la région parisienne et prit contact avec ses camarades et devint membre du triangle de direction à Arcueil-Cachan. Il fut arrêté en janvier 1941 avec son épouse et le camarade chez qui il logeait à Cachan (Seine, Val-de-Marne). Relaxé faute de preuve, il continua la lutte clandestine. Désigné pour l’Allemagne par son entreprise, il devint illégal et se cacha à Clichy (Seine, Hauts-de-Seine) avant de regagner Arcueil où il retrouva le contact avec le parti fin 1942 et milita jusqu’à la Libération. Il fut responsable de l’action clandestine pour Arcueil-Cachan-Gentilly, sous la direction de René Masson.

À la Libération, Raymond Bayette devint secrétaire de cellule et secrétaire à l’organisation de la section Cachan. Il fut élu conseiller municipal communiste d’Arcueil le 29 avril 1945 en 12e position sur 27 avec 3 618 suffrages obtenus. Nommé délégué titulaire au syndicat intercommunal de l’électricité et à la caisse mutuelle du personnel des communes, il fut désigné comme premier adjoint le 12 mai 1945 et conserva le siège. Il fut réélu successivement le 19 octobre 1947 avec un total de 4 115 voix pour 7 250 suffrages exprimés, le 26 avril 1953 avec 5 012 voix sur 7 902 suffrages exprimés et le 8 mars 1959 avec 4 401 voix. La première magistrature municipale était occupée par Marius Sidobre.

Secrétaire de la section d’Arcueil en 1945, il le resta jusqu’en 1950 puis à nouveau jusqu’en 1958. En 1954, il intégra le comité fédéral PCF de Seine-Sud et fut responsable fédéral du service d’ordre. Toutefois, en 1955, il ne fut pas réélu afin de se consacrer à ses responsabilités à Arcueil.

À la mort de Marius Sidobre en 1964, et après le refus de Gaston Doiselet de lui succéder comme maire d’Arcueil, la direction du PCF envisagea le nom de Raymond Bayette mais opta finalement pour Marcel Trigon. Raymond Bayette fut réélu le 14 mars 1965 avec 5 539 suffrages sur 9 412 exprimés. Il démissionna en 1967.

Marié à Cachan le 21 mars 1931 avec Alice Colin, il se remaria à Gentilly, le 23 décembre 1939, avec Joséphine Philippart, employée, militante communiste à ses côtés dans la clandestinité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74984, notice BAYETTE Raymond par Paul Boulland, Claude Pennetier, version mise en ligne le 23 octobre 2009, dernière modification le 3 décembre 2009.

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

Arch. Mun. Arcueil, non coté (Photographie par Gérald Bloncourt, 1965. Tous droits réservés)

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1Mi 2426. — Arch. Com Arcueil, séries : 25W5 (élections municipales 1945 et 1947) ; 25W6 (élections municipales 1953 et 1959) ; K1 174 (élections municipales 1959) et 25W8 (élections municipales 1965). — Arch. du comité national du PCF. — Arch. de la fédération communiste du Val-de-Marne, Arch. départementale du Val-de-Marne. — État civil d’Arcueil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément