DESLOGES Georgette [née DAUPHIN Georgette, Albertine, épouse HENCHEL, LAVOISÉ puis DESLOGES]

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

Née le 4 mai 1892 à Paris (Xe arr.), morte le 2 octobre 1966 à Paris (XIIIe arr.) ; brunisseuse puis employée de bureau ; conseillère municipale communiste d’Alfortville (Seine, Val-de-Marne) de 1945 à 1959.

Fille d’un cartonnier, militant socialiste et syndicaliste, et d’une « guimpière », Georgette Dauphin était titulaire du certificat d’études primaires. Elle fut secrétaire de l’Union des femmes contre la misère et la guerre de janvier 1933 à sa dissolution puis secrétaire de l’Union des Femmes à Ivry (Seine, Val-de-Marne). Militante communiste à partir d’avril 1933, elle fut également secrétaire de la cellule d’entreprise Pierrot Gourmand d’Ivry en 1934-1935, membre du Comité de section d’Ivry de 1935 à 1938-1939, et secrétaire de la commission féminine de la région Paris-Sud. En 1937, elle se rendit à Moscou comme déléguée de l’Union des femmes d’Ivry, à l’occasion de l’anniversaire de l’Armée rouge. Mariée une première fois à Paris (XXe arr.), le 25 septembre 1925 avec Léon Henchel, elle se remaria le 15 décembre 1928 à Ivry-sur-Seine avec Emile Lavoisé, militant communiste d’Ivry, secrétaire de cellule et gardien de la Maison du peuple, mort le 31 décembre 1938.

Georgette Lavoisé fut interpelée le 31 août 1939, pour possession de tracts communistes défendant le pacte germano-soviétique, lors d’une perquisition des locaux de la région Paris-Sud où elle était employée comme gardienne. Remise en liberté provisoire fin novembre, elle fut finalement acquittée en mars 1940. Elle reprit aussitôt son activité militante, formant des groupes de femmes à Ivry en relation avec Lucienne Maertens. Passée dans l’appareil technique en avril 1942, puis à l’appareil politique, comme permanente, en avril 1943, elle fut responsable dans l’Est puis le Nord de la région parisienne sous l’autorité de Robert Deloche, puis à Paris. Après la Libération elle travailla un temps dans l’appareil permanent de l’UFF, avant d’être employée à l’Assistance française. Elle milita alors à nouveau sur la base locale, au comité de section d’Alfortville, puis comme responsable des vieux travailleurs.

Georgette Desloges fut élue conseillère municipale communiste d’Alfortville le 13 mai 1945, sous l’étiquette « victime du nazisme ». Elle fut réélue le 19 octobre 1947 et conserva son mandat jusqu’en 1959. La première magistrature municipale était occupée par Eugène Gauchard puis Raoul Bleuse.

Elle se présenta sans succès, en 5e position de la liste communiste, dirigée par Jean Roche, aux élections municipales du 15 mars 1959.

Le 9 février 1940 à Alfortville, elle avait épousé Maurice Desloges, né le 29 janvier 1896 à Paris (XVIIIe arr.), cartonnier, militant communiste et résistant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75007, notice DESLOGES Georgette [née DAUPHIN Georgette, Albertine, épouse HENCHEL, LAVOISÉ puis DESLOGES] par Paul Boulland, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2009, dernière modification le 19 octobre 2020.

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. de la fédération PCF du Val-de-Marne. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Paris, 10451/76/1 n° 4, registres d’état civil. — Arch. Com. Alfortville, listes électorales. — Notes d’Emmanuel Hagen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément