RIANT Georges, écrit parfois, même par lui-même RIAND

Par Claude Pennetier

Né le 4 janvier 1906 à Créteil (Seine, Val-de-Marne), mort le 19 septembre 1989 à Créteil ; militant d’Alfortville et de Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) ; conseiller municipal communiste de Maisons-Alfort en 1953-1954.

Fils d’un couvreur plombier, Georges Riant avait été ouvrier en articles de pêche à partir de douze ans et demi, manœuvre puis employé et courtier receveur. Il vécut un temps aux Etats-Unis et revint en décembre 1923. Son activité syndicale à la Compagnie du caoutchouc manufacturé (Paris) où il travailla de 1925 à 1930, le mit en relation avec Raymond Meunier, futur secrétaire de la région communiste Paris-Ouest, en 1930 : " c’est lui qui m’ouvrit les yeux sur les questions sociales ". Renvoyé, il travailla comme secrétaire à la maison Ghiso (décorateur), puis comme employé à la Protection mutuelle des chemins de fer. Après une longue période de chômage, il devint courtier receveur à l’Union commerciale de crédit à Montreuil-sous-Bois. " En mars 1936, la commission des cadres me demanda de travailler au Negro worker où je suis encore aujourd’hui " (autobiographie de 1938).
Il avait adhéré au Parti communiste en juillet-août 1935 et été délégué à la conférence régionale Paris-Est les 11 et 12 janvier 1936. Il était secrétaire de la section communiste de Fontenay-sous-Bois en 1938. Gros lecteur, il citait dans son autobiographie, outre les oeuvres de Lénine de Marx, d’Engels, Louis, Blanc, Anatole France, Courteline, Zola, Molière et Barbusse.
En juillet 1940, il était responsable des comités de chômeurs d’Alfortville et Maisons-Alfort avec Lacazette. Toujours présent à Maisons-Alfort (Seine) en 1945, il demeurait rue de Bruxelles, mais apparaissait comme un dirigeant de la section communiste d’Alfortville. En 1953, il était secrétaire d’une association d’anciens prisonniers, pour le département de la Seine.
Mouleur, il fut élu conseiller municipal communiste de Maisons-Alfort le 26 avril 1953. Il cessa ses fonctions dès le 9 novembre 1954 pour causes indéterminées. Le maire était Arthur Hevette, du RPF.
Marié avec Mathilde Margat, sténo-dactylo qui était, en 1938, secrétaire du Comité des femmes contre la guerre et le fascisme de Fontenay. Communiste, elle fut secrétaire de Jacques Duclos avec un salaire de 1200 F par mois en 1938.

Riant mourut le 19 septembre 1989 à Créteil (Val-de-Marne).

A-t-il un lien de famille avec Louise Bourgeot, née Riant Louise, Léontine ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75141, notice RIANT Georges, écrit parfois, même par lui-même RIAND par Claude Pennetier, version mise en ligne le 5 novembre 2009, dernière modification le 19 février 2019.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. Maisons-Alfort, listes électorales. — Roger Bourderon, La négociation. Été 1940 : crise au PCF, Syllepse, 2001. — RGASPI, Moscou, 495 270 4291 ; autobiographie de LAURENT André, 495 270 2376, "Mon secrétaire de section le camarade Riant Georges peut confirmer les points essentiels de mon auto-biographie et de mon activité. Fait à Fontenay s/bois le 27/2/38". — État civil de Créteil. — Notes d’Emmanuel Hagen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément