BOWERMAN Charles William

Né le 22 janvier 1851 à Crediton, Devonshire ; mort le 11 juin 1947 à Londres (Highbury) ; dirigeant syndicaliste.

Après avoir fait son apprentissage à Londres, Bowerman a travaillé pendant des années dans l’imprimerie. C’est à l’âge de quarante ans qu’il est nommé secrétaire général du syndicat des typographes londoniens, et deux ans plus tard, en 1893, il participe pour la première fois au Trades Union Congress (TUC). En 1897, il est élu au comité parlementaire du TUC. Puis en 1899 il devient trésorier et en 1901 président du TUC. Dix ans plus tard, lorsque W.C. Steadman abandonne ses fonctions de secrétaire général du TUC, Bowerman lui succède. Il se retire en 1923 atteint par la limite d’âge (on vient alors de fixer à soixante-dix ans l’âge de la retraite et Bowerman a déjà soixante-douze ans). De nombreuses années durant, il avait été président de la Fédération du Livre.

À Londres Bowerman s’est beaucoup intéressé à la politique municipale. De 1901 à 1907, il a fait partie comme échevin (aiderman) du London County Council. D’autre part, en 1906, lorsque le parti libéral sort grand vainqueur des élections législatives, Bowerman est élu député travailliste de Deptford, circonscription ouvrière du sud-est de la capitale, siège qu’il conserve jusqu’en 1931.

Le nom de Bowerman est étroitement associé à celui du collège ouvrier d’Oxford, Ruskin College, et cela dès la fondation du collège en 1900 (cet institut de formation avait été créé afin de permettre à des ouvriers de poursuivre des études supérieures grâce à un système de bourses).

La carrière de Bowerman est très représentative de l’itinéraire de nombreux chefs de trade unions. Simple militant de base pendant de longues années, il finit par accéder aux plus hautes fonctions de direction du mouvement syndical. Prudent et conciliant en matière de relations industrielles, il se montrait extrêmement ferme et même intransigeant aussitôt qu’un principe était en jeu. Ainsi Bowerman se présente en tous points comme le digne continuateur de la tendance modérée du syndicalisme victorien.

Bowerman est mort à l’âge de quatre-vingt-seize ans. En 1876 il s’était marié et avait eu cinq fils et sept filles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75325, notice BOWERMAN Charles William, version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 12 décembre 2009.

BIBLIOGRAPHIE : Who was Who, 1941-1950. — E. Howe, H.E. Waite, The London Society of Compositors, Londres, 1948. — B.C. Roberts, The Trades Union Congress, 1868-1921, Londres, 1958. — F. Bealey, H. Pelling, Labour and Politics 1900-1906, Londres, 1958. — J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. V.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément