CLARK Gavin Brown

Né en 1846 à Kilmarnock, Ayrshire, Écosse ; mort le 5 juillet 1930 à Londres ; nationaliste écossais.

Issu d’une famille de petits bourgeois, Gavin Clark s’enfuit de chez lui quand il a treize ans et devient marin. Après quatre années sur mer, il passe encore deux ans en Inde et sans doute dans d’autres pays d’Extrême-Orient avant de revenir en Ecosse pour entreprendre des études de médecine. C’est à ce moment-là qu’il commence à s’intéresser à la politique et en 1872 (il est alors étudiant à King’s College, Londres) il adhère à la section britannique de la Ire Internationale. Neuf ans plus tard, il entre à la Fédération démocratique (Democratic Federation) que vient de fonder Hyndman*, mais quand le mouvement se transforme en organisation franchement socialiste, il s’en sépare. Clark s’inscrira à la Société fabienne, mais il ne sera jamais socialiste, car sa préoccupation dominante durant ces années — comme pour la plupart des radicaux avancés — c’est la question agraire. Lui-même compte parmi les animateurs les plus actifs du mouvement des crofters écossais (mouvement de défense des petits exploitants des Highlands).

En 1885, Clark entre à la Chambre des Communes, précisément comme le premier représentant élu des crofters, et il restera député jusqu’en 1900. Tout en combattant pour la cause des paysans des Highlands, Clark soutient aussi le jeune mouvement pour le Home Rule écossais.

Cependant, s’il est battu aux élections de 1900, c’est à cause de ses positions anti-impérialistes. En effet, préoccupé depuis longtemps par le problème colonial, Clark s’était fait le champion des Boers depuis leur résistance, en 1880-1881, à la pénétration britannique. Jusqu’à la fin du siècle, il continue de défendre infatigablement le droit à l’indépendance de l’Orange et du Transvaal. Aussi au moment de la guerre des Boers sa popularité tombe-t-elle à zéro.

Après sa défaite électorale, Clark poursuit son activité politique, mais en dehors du Parlement. Pendant la Première guerre mondiale, on le retrouve servant dans des hôpitaux en France, puis en Serbie.

Ecrivain fécond, il s’est exprimé avec compétence sur tous les grands sujets politiques de l’heure. Bien que ses campagnes lui aient assuré une notoriété considérable dans les vingt dernières années du xixe siècle, on peut considérer que son action en faveur du nationalisme écossais a eu à long terme une influence plus déterminante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75360, notice CLARK Gavin Brown, version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 12 décembre 2009.

ŒUVRE : British Policy towards the Boers : an historical sketch (La politique britannique envers les Boers, aperçu historique), Londres, 1881. — A Pleafor Nationalisation of the Land (Plaidoyer pour la nationalisation du sol), Londres, [1882]. — The High-land Land Question (La question agraire dans les Highlands), Londres, [1885].

BIBLIOGRAPHIE : H. Pelling, The Origins of the Labour Party, 1880-1900, Londres, 1954. — J.G. Kellas, « The Libéral Party in Scotland », Scottish Historical Review, vol. 44, 1965. — H.J. Hanham, « The Problem of Highland Discontent, 1880-1885 », Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, vol. 19 (1969). — The Anatomy of an Antiwar Movement : the pro-Boers, éd. S.E. Koss, Chicago et Londres, 1973. — J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. IV.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément