CRAMP Concemore Thomas Thwaites (Charlie)

Né le 19 mars 1876 à Staplehurst, Kent ; mort le 14 juillet 1933 à Londres ; dirigeant du syndicat des cheminots.

« Charlie » Cramp quitte l’école primaire à onze ans pour se placer comme jardinier, d’abord à Staplehurst, puis dans le Hampshire. A vingt-et-un ans il entre à la compagnie des chemins de fer du Nord-Est, en tant que porteur, à Shipley dans le Yorkshire. Puis il travaille à Masborough où il adhère au syndicat des employés des chemins de fer (Amalgarnated Society of Railway Servants). Quelques années plus tard, en 1906, Cramp participe, comme délégué de son district, à un congrès syndical, où l’on décide de lancer une campagne nationale pour l’amélioration des conditions de travail. Désormais Cramp va passer rapidement au premier plan de la lutte syndicale. On le délègue au congrès annuel de l’Amalgarnated Society of Railway Servants en 1909 et, deux ans plus tard, il est élu membre du comité exécutif. Depuis sa jeunesse, il avait été gagné au socialisme par la lecture de « Cent ans après » (Looking Backward), le récit utopique du romancier américain Edward Bellamy.

Cramp joue un rôle central dans les négociations qui aboutissent en 1913 à la fusion de plusieurs unions indépendantes de cheminots pour former un syndicat unique : l’Union nationale des Cheminots (National Union of Railwaymen), et en 1918, il devient président du NUR. Personnalité de premier plan, Cramp est choisi en 1919 comme secrétaire général du NUR, fonction dans laquelle il doit collaborer avec le précédent secrétaire général, « Jim » Thomas*, qui demeure à la tête de l’Union, tout en étant membre du Parlement (lui-même porte le titre de « secrétaire général politique »).

Dans les années tourmentées que constitue la période 1920-1926, Cramp doit faire front et se battre sans répit afin de sauvegarder les avantages acquis par les cheminots en 1920 au début de son secrétariat. Son action d’ailleurs ne se limite pas à l’Angleterre. Lors de la création de l’État libre d’Irlande, il établit un plan d’organisation des cheminots irlandais, plan qui aboutit et procure d’importants avantages aux travailleurs irlandais. En même temps, pendant dix ans, de 1918 à 1928, Cramp fait partie du Comité exécutif national du Labour Party, et en 1924-1925, il en est même président.

Comme tous les leaders des grandes centrales syndicales, Cramp occupe des postes variés dans des organismes officiels et siège dans diverses organisations ouvrières, notamment au conseil général du TUC (General Council of the Trades Union Congress) de 1929 à 1932. Cette année-là, il est également membre de la commission royale des loteries et sweepstakes.

Lorsqu’en 1931 Jim Thomas décide de se rallier au gouvernement de coalition de MacDonald*, il doit démissionner du NUR. et Cramp devient alors le responsable numéro Un du syndicat des Cheminots.

Cramp n’a été candidat qu’une fois — en 1918 — aux élections législatives. Après 1931, comme il n’y a plus aux Communes de représentant du NUR, il songe à se présenter de nouveau et cherche une circonscription d’accueil, mais le syndicat rejette pareille idée. A cette date, du reste, les dures batailles qu’il a dû mener au cours des années 1920 ont miné sa santé et il meurt à cinquante-sept ans, sans avoir pu voir les fruits de son combat au service des cheminots.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75382, notice CRAMP Concemore Thomas Thwaites (Charlie), version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 12 décembre 2009.

BIBLIOGRAPHIE : Who was Who, 1929-1940. — P.S. Bagwell, The Railwaymen, Londres. 1963.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément