PILAVOINE Émile

Né le 20 novembre 1895 à Garchizy (Nièvre), mort le 26 août 1984 à Louchy-Montfand (Allier) ; syndicaliste CGTU puis CGT ; résistant.

Fils d’un ajusteur et d’une couturière, Émile Pilavoine, ajusteur lui-même, entra en 1924 à la Compagnie Paris-Orléans à Limoges. Syndiqué dès 1913, il appartint à la commission administrative du syndicat CGTU des cheminots et fut délégué du personnel.

Au cours des années 1935 à 1938, il assumait différentes fonctions : membre du conseil d’administration de l’Union des syndicats de cheminots de la CGT réunifiée du réseau PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) puis de la région Sud-est de la SNCF, secrétaire de la commission technique (coordination des sections professionnelles) du secteur de Nevers, co-secrétaire du secteur de Nevers, secrétaire de la section technique des ouvriers des dépôts au sein du réseau du PLM, délégué du personnel auprès du chef du service de la Traction de la région du Sud-est de la SNCF...

Il adhéra au Parti communiste peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale et participa à la Résistance des cheminots. À la Libération, il devint secrétaire de l’Union locale CGT de Nevers.

Il fut de 1935 à 1958 (la période de la guerre exceptée) conseiller municipal de Nevers. Voir .Marcel Barbot

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7545, notice PILAVOINE Émile, version mise en ligne le 9 décembre 2018, dernière modification le 9 décembre 2018.

SOURCES : Le Prolétaire. Le Cheminot Syndicaliste, organe de l’Union de syndicats du PLM puis du Sud-est, 10 et 25 décembre 1935, 10 mars, 10 mai, 25 septembre 1936, 10 avril 1937, 10 mars, 10 novembre 1938 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Témoignages. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément