GIRARD Liliane [née SIAO Guai-H’oui, Liliane]

Par Jacques Girault

Née le 11 mars 1938 à Melun (Seine-et-Marne) ; professeur ; militante communiste de la Somme.

Son père Siao Tseu-Fong, docteur en droit de la Faculté de Caen, attaché d’ambassade à Paris, militant du Parti communiste chinois, fut rappelé en Chine au moment du conflit sino-japonais en 1937. Dissident, envoyé en camp de rééducation, il devint directeur de l’Institut des langues étrangères à Chongqing. Sa mère, Renée Selle, fille d’Auguste Selle, député-maire socialiste SFIO de Denain (Nord), travaillait comme employée à la préfecture de Melun. Syndiquée à la CGT, membre active après la guerre du Mouvement de la paix, elle était sympathisante communiste. Sans nouvelles de Chine, les liens se renouèrent en 1960 après la reconnaissance de la Chine par la France.

Liliane Siao, tout en travaillant le piano, élève du lycée de jeunes filles de Melun jusqu’à la classe de seconde, effectua la suite de sa scolarité au Centre national de télé-enseignement, tout en continuant les études de piano et de solfège. Après avoir obtenu le baccalauréat « Philosophie » en 1956, elle entama des études de musicologie à la Sorbonne (1956-1957) puis entra au lycée La Fontaine à Paris pour préparer le professorat d’éducation musicale et de chant choral. Après avoir été maîtresse auxiliaire de musique au lycée Janson de Sailly en 1960, après avoir obtenu le certificat d’aptitude à l’enseignement musical en 1961, elle fut nommée au lycée d’Abbeville (Somme) où elle enseigna de 1961 à 1965.

Après avoir adhéré pendant trois mois aux Jeunesses socialistes SFIO en 1953, Liliane Siao adhéra à l’Union de la Jeunesse communiste de France en 1959 puis au Parti communiste français en 1963. Elle se maria en novembre 1959 à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) avec Michel Girard, ouvrier métallurgiste, mobilisé en Algérie, membre du PCF dans la section communiste d’Abbeville. Le couple eut quatre enfants.

Liliane Girard, membre du secrétariat de la section communiste d’Abbeville, fut candidate au conseil général dans le canton d’Abbeville-Sud en mars 1964 contre Max Lejeune*. Elle fut mutée au lycée Madeleine Michelis d’Amiens en 1965 puis, lors de la partition, au collège Auguste Janvier en 1975. Elle fut de 1971 à 1992 conseillère pédagogique et formatrice académique. Animatrice au Centre régional de la documentation pédagogique d’Amiens à partir de 1979, elle anima le groupe de travail musical auprès de l’action culturelle au Rectorat (1986-1987) et fut promue agrégée sur liste d’aptitude (1989). Elle prit sa retraite en 1995.

Militante du Syndicat national des enseignements de second degré, élue aux conseils d’administration des deux établissements où elle travailla de 1973 à 1995, Liliane Girard, trésorière de sa section syndicale dans les années 1990, contribua à la création d’un conseil de parents d’élèves de la fédération Cornec dans l’école de ses enfants en 1967.
Militante avec son mari dans la section communiste Amiens Sud-Est, responsable de la diffusion de l’Humanité dans sa cellule au début des années 1970, Liliane Girard, remarquée par la future municipalité, avait fait partie de la commission de l’enseignement. Elle fut élue conseillère municipale en 1971 et en 1977 sur les listes d’Union de la gauche conduites par René Lamps*. Pendant ses deux mandats, elle fut membre de la commission de l’enseignement qui constituait une des priorités du programme municipal ; elle participa aussi pendant le deuxième mandat à la commission culturelle pour créer une école de musique dans le quartier populaire d’Étouvie.

Liliane Girard, membre du PCF en 2009, chantait avec le chœur du conservatoire à rayonnement régional d’Amiens, chargée de faire travailler les basses et les ténors.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75459, notice GIRARD Liliane [née SIAO Guai-H'oui, Liliane] par Jacques Girault, version mise en ligne le 13 décembre 2009, dernière modification le 1er septembre 2010.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes d’Éliane Cosserat-Lefevre.

ICONOGRAPHIE : Liliane Girard célébrant un mariage.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément