GIBLIN Pierre

Par Jean-Michel Brabant, Claude Pennetier

Né le 3 octobre 1908 ; employé des PTT ; militant trotskyste de l’Yonne ; syndicaliste CGT puis FO.

Ancien élève de l’École primaire supérieure de Toucy (Yonne), Pierre Giblin adhéra au Parti communiste en 1925 à Auxerre. Nommé par les PTT à Paris, il s’éloigna de la ligne du PC et fit la connaissance de militants trotskystes. En 1932, Pierre Giblin rejoignit l’opposition trotskyste. Il fut élu, en septembre 1935, à la commission de contrôle du groupe bolchevik-léniniste qui regroupait en tendance les trotskystes du Parti SFIO. Revenu dans l’Yonne, il créa un petit noyau trotskyste.

Il devint, par la suite, membre du comité central du Parti communiste internationaliste (PCI), fondé les 7 et 8 mars 1936 par Pierre Frank et Raymond Molinier, dans lequel il s’occupait plus particulièrement du département de l’Yonne. Il militait avec Marcel Brocard, Pierre Lanneret, Honoré Luas, son frère Fernand Giblin (né en avril 1911) et sa belle-soeur Marie-Louise Giblin. Ces deux derniers furent des responsables du PSOP.

Employé des PTT à Auxerre, Giblin était, en 1936-1939, l’un des dirigeants de l’Union départementale de la CGT au titre des ex-confédérés. Il présenta à son congrès, réuni le 29 mai 1938, le rapport financier, en tant que trésorier, et le rapport sur son organe Le Syndiqué.

Pierre Giblin s’éloigna des milieux trotskystes et fut pendant la guerre membre de la direction de l’Union départementale légale tout en étant en rapport personnel avec Louis Saillant et avec la CGT clandestine. Cette double participation à la vie syndicale ne suffit pas à ses concurrents communistes pour lui redonner de responsabilités importantes à la Libération, d’autant que, très malade, il n’était pas en état de se battre.
Il fut un des dirigeants de Force ouvrière dans l’Yonne.

En février 1960, il fut signalé comme étant le trésorier de l’Union départementale FO de l’Yonne, dont le secrétaire général fut alors Lucien Poirier.
Il prit également part aux congrès confédéraux de FO en 1961 et en 1963.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75502, notice GIBLIN Pierre par Jean-Michel Brabant, Claude Pennetier, version mise en ligne le 18 décembre 2009, dernière modification le 24 avril 2012.

Par Jean-Michel Brabant, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo., carton 45. — Le Travailleur, 28 mai 1938. — La Commune, 13 mars 1936. — Entretien avec Michel Cordillot et Claude Pennetier, juillet 1999. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 24 février 1960. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1961 et de 1963.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément