GISSOT-LAVAL Éliette [née CARBOUÉ Éliette]

Par Jacques Girault

Née le 15 septembre 1930 à Sérignac (Tarn-et-Garonne) ; institutrice dans le Tarn-et-Garonne ; militante syndicale ; militante communiste.

Fille d’un paysan, devenu ouvrier, communiste, Éliette Carboué entra à l’Ecole normale d’institutrices de Cahors (Lot) en octobre 1947. Elle adhéra à l’Union de la Jeunesse républicaine de France au cercle de la ville en février 1948. Collectrice de l’organisation, elle fit aussi partie du groupe de jeunes de la FEN-CGT. Tout en restant membre de la FEN-CGT, elle adhéra aussi au Syndicat national des instituteurs dès son début dans l’enseignement en 1951 à Grisolles (Tarn-et-Garonne) et d’une autre année à Montain par Labourgade. La double affiliation syndicale se termina en 1954 et elle adhéra au seul SNI. Élue au conseil de la section départementale du SNI, elle n’effectua qu’un seul mandat. Elle enseigna à Verdun jusqu’en 1976 puis au Centre national de télé-enseignement jusqu’à sa retraite en 1985.

Devenue membre du Parti communiste français en 1948, Éliette Gissot-Laval, membre du comité de la section communiste de Montech, entra au comité de la fédération communiste du Tarn-et-Garonne en 1953 et en resta membre jusqu’à la conférence fédérale de 1961. Elle fut secrétaire de la section locale, puis du comité départemental en 1957, de l’Union des femmes françaises
Elle acquitta ses cotisations syndicales au SNUIPP et politiques au PCF jusqu’en 2019, année de son entrée dans un Établissement hospitalier pour adultes handicapés dépendants à Toulouse (Haute-Garonne).

Eliette Carboué se maria en juillet 1951 à Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne), avec Guy Laval agriculteur communiste qui décéda peu après. Elle accueillit pendant deux années deux orphelins. Elle se remaria en février 1954 à Verdun-sur-Garonne avec Amédée Gissot dont le père, agriculteur, conseiller municipal socialiste de Savenès dans les années 1930, devint maire de 1944 à 1977, son fils Fernand, frère d’Amédée, lui succédant jusqu’en 1995.

Né le 11 août 1921 à Savenès (Tarn-et-Garonne), Amédée Gissot, après avoir obtenu le baccalauréat, commença des suppléances d’instituteur. Comme il était de la classe 21, il évita le Service du travail obligatoire et vécut de divers travaux administratifs. Après son service militaire, il occupa divers emplois puis devint secrétaire de la coopérative agricole, « L’Union » pendant une trentaine d’années. Celle-ci, créée à la Libération, comprenait de nombreux militants communistes. Il adhéra au Parti communiste français et fut candidat aux élections cantonales en 1951 avant d’être élu au conseil municipal de la commune. Le couple eut deux garçons. Le mari mourut le 13 septembre 2010 à Verdun-sur-Garonne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75545, notice GISSOT-LAVAL Éliette [née CARBOUÉ Éliette] par Jacques Girault, version mise en ligne le 23 décembre 2009, dernière modification le 4 septembre 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes de ses fils.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément