KHITAROV Raphaël, Movsessovitch

Par Mikhaïl Pantéleiev, Serge Wolikow

Né le 15 décembre 1901 dans le village Tionettakh, région de Tiflis (Empire russe), victime de la répression, il fut fusillé en 1939 à Moscou ; militant du Parti communiste et de la Jeunesse communiste : secrétaire du CC des Jeunesses communistes allemandes des régions de la Ruhr et de la Rhénanie (1920-1921) ; membre du CC des jeunes communistes de la Géorgie (1921) ; directeur du bureau de Propagande du Comité exécutif (CE) de l’Internationale de la Jeunesse communiste (ICJ) (1925-27), secrétaire du CE de l’ICJ (1928-1931), membre du Présidium du CE de l’Internationale communiste (1928-1935) ; premier secrétaire du comité du parti de la région de Magnitogorsk et de la région de Tchéliabinsk (1935-37).

Raphaël Khitarov était issu d’une famille arménienne où son père avait un petit magasin de laine dans son village natal : en 1921, il fut fonctionnaire soviétique, responsable des approvisionnements. Sa mère était femme au foyer. Khitarov fit ses études secondaires au lycée de Tifliss et milita au Parti bolchevik russe (PCRb) et aux Jeunesses communistes de Géorgie à partir de décembre 1919. Jusqu’au mois d’août 1920, il fut propagandiste de l’organisation de Tifliss (« Spartak ») ; il devint par la suite président de cette organisation. Arrêté et expulsé de Géorgie en tant qu’Arménien, il se rendit en Allemagne où il travailla dans une mine de la région de la Ruhr. Il fut membre des Jeunesses communistes allemandes et l’un de leurs dirigeants en tant que secrétaire des comités de la Ruhr et de la Rhénanie. Après la soviétisation de la Géorgie il revint à Tifliss où il retrouva ses responsabilités au sein de la Jeunesse communiste. En août 1921, il fut élu au Comité central de la Jeunesse communiste de Géorgie, participa au congrès pan-caucasien du Komsomol et fit partie du comité de la région du Caucase. Il fut également délégué au 5e congrès de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR). À partir de l’automne 1921 il travailla à l’ICJ notamment aux Jeunesses communistes d’Allemagne de novembre 1921 à mai 1925. À Berlin et Essen, il fut propagandiste du Comité central de la JC d’Allemagne puis assistant de leur comité à Essen et enfin directeur de leur bureau d’Organisation à Berlin. De juin 1925 à 1927 il dirigea le bureau d’Organisation du Comité exécutif de l’Internationale communiste des jeunes. D’avril à décembre 1927, il représenta le CE de l’ICJ en Chine avant de diriger le secrétariat d’Europe centrale au sein du CE de l’ICJ. Puis de mai 1928 à février 1931, il devint secrétaire du CE de cette organisation. En 1928, il participa au VIe congrès de l’Internationale communiste et fut élu à son Comité exécutif et à son Présidium. Entre 1927 et 1929, il participa, à plusieurs reprises, aux réunions des instances dirigeantes de l’IC sur la situation du PCF. Il intervint notamment lors de la réunion du Présidium le 1er avril 1927 où la politique générale du PCF fut critiquée. Il appuya les critiques émises par la JC contre la direction du Parti. En 1929 il apporta également son soutien à la mise en œuvre de la ligne « classe contre classe » par la nouvelle direction constituée d’anciens dirigeants de la JCF. Jusqu’en 1931 il fut responsable des purges opérées sous le couvert de la Commission centrale de contrôle du PCR (b). De juin 1931 à janvier 1935, il fut secrétaire du comité du Parti de Stalinsk, région de Kémérovo en Sibérie occidentale. De février 1935 à son arrestation, il travailla comme premier secrétaire du comité de Magnitogorsk et de la région de Tchéliabinsk. Le 11 novembre 1937, il fut arrêté par le NKVD et le jour même exclu du Parti. Le 28 juillet 1938, il fut condamné à la peine capitale. Réhabilité le 20 juillet 1955, il fut réintégré à titre posthume par la Commission de contrôle le 3 novembre 1955.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75589, notice KHITAROV Raphaël, Movsessovitch par Mikhaïl Pantéleiev, Serge Wolikow, version mise en ligne le 30 décembre 2009, dernière modification le 30 décembre 2009.

Par Mikhaïl Pantéleiev, Serge Wolikow

SOURCES : RGASPI, 495 65a 8363 ; 495 55 11.495 2 72 ; 517 1 776.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément