KOLAROV Vassil Petrov. Pseudonymes : VÉNÉLINE et VÉGÈNE.

Par Serge Wolikow

Né le 16 juillet 1878 à Choumen (Bulgarie), mort le 23 janvier 1950 à Sofia ; professeur, avocat, écrivain ; militant du mouvement international communiste, secrétaire général du CE de l’IC (1922-1923) ; homme d’État bulgare : un des dirigeants du PC de Bulgarie (1945-1950).

De nationalité bulgare, Vassil Kolarov était issu d’une famille de petits artisans et marchands. Sa mère, Ikokomova Stéfa Vassilievna, était de famille paysanne. Il termina ses études secondaires à Varna en 1895. De 1897 à 1900, il étudia le droit à l’Université de Genève. Au lycée, il avait adhéré à l’organisation clandestine d’élèves, aidé à la rédaction du journal Voix d’élève, participé à une première manifestation le 1er mai 1894. De 1895 à 1897, il fut instituteur à Nicopole où il fut destitué pour propagande socialiste. En 1897 il participa à la création d’une organisation locale du POSDB dont il fut secrétaire. Il fit de la propagande au sein du corps enseignant, et créa le syndicat des enseignants, collabora au journal Mouvement d’enseignants. Au cours de ses études à Genève, il fut un des créateurs du cercle international marxiste, transformé plus tard en groupe d’assistance au journal Iskra. En 1900-1902, il fit son service militaire dans l’armée bulgare avec le grade d’enseigne de vaisseau. Il travailla comme avocat à Choumen. De 1902 à 1904, il fut secrétaire de l’organisation locale du POSDB puis, de 1904 à 1919, secrétaire du parti à Plovdiv. Il milita parmi les ouvriers des manufactures du tabac et fut un des organisateurs de l’Union des syndicats de cette branche (1908). Il était aussi membre de la faction des « tesniaki » dans la Douma. En 1905, il fut élu au CC du parti et y resta jusqu’en 1919. En 1909, il fut délégué à la conférence constitutive de la Fédération social-démocrate des Balkans à Belgrade et délégué aux congrès de l’Internationale socialiste à Stuttgart (1907) et à Copenhague (1910). En tant que délégué de l’Union générale des syndicats de la Bulgarie il participa à la conférence de Budapest en 1911. Député du parlement de 1913 à 1923 il défendit la position défaitiste pendant la première guerre mondiale. En 1915 il passa, à ce titre, devant le tribunal de guerre pour propagande antimilitariste auprès des soldats, mais il bénéficia d’une amnistie et retrouva la liberté. Cette même année il fut délégué à la Conférence de Zimmerwald puis, en 1917, à la conférence de Stockholm, où la délégation bulgare soutint la déclaration de la gauche de Zimmerwald. De 1919 à 1922, Kolarov fut secrétaire du CC du PCB, qui adhéra à l’IC en 1919. Mais arrêté en 1920 en Roumanie et jugé par un tribunal de guerre, il fut déporté en Bulgarie. Cette arrestation l’empêcha de participer au IIe congrès de l’IC. En revanche, il fut délégué du PCB aux IIIe, IVe, Ve, VIe et VIIe congrès de l’IC et il présida même le IIIe congrès de l’IC. En 1921 il représenta le CE de l’IC au congrès du PC de l’Allemagne à Iéna après l’avoir été en 1920 au congrès du PC de l’Italie à Rome. En 1922 il entra au CE de l’IC. De 1923 à 1924, il fut secrétaire général du CE de l’IC. Au premier plénum élargi du CE de l’IC (février 1922), il avait rapporté sur la situation dans les Balkans, présidé quelques séances et participé au travail de différentes commissions. Après le 3e plénum élargi, il fut membre du Présidium et du bureau d’organisation du CE de l’IC. Il travailla dans les Commissions budgétaires et d’Orient de l’IC. En 1923, Kolarov partit en Europe centrale et en Europe de l’Est ; en janvier, il se rendit à Paris puis, au mois de février à Frankfurt, en mars à Oslo et à Prague. Il représenta le CE de l’IC aux congrès des partis communistes de Norvège et de Tchécoslovaquie. Suivant les instructions du CE de l’IC, il fut un des dirigeants de la révolte antifasciste de septembre en Bulgarie. Membre du Comité général révolutionnaire de guerre, Kolarov participa personnellement à la révolte en Bulgarie du Nord-Ouest, ce qui lui valut une triple condamnation aux travaux forcés de 12 à 15 années ; en 1926 il fut condamné à mort par contumace. Après l’échec de cette révolte il partit en Yougoslavie, puis à Vienne, où il fut un des organisateurs de la mission étrangère du PCB, à partir d’octobre 1923 il séjourna à Moscou. Il occupa plusieurs postes de responsabilité au sein de l’IC : représentant du PCB à l’IC (1922-43), membre du bureau étranger du PCB (1923-44), secrétaire général de l’IC (1922-23). Délégué au Ve congrès de l’IC en 1924, il rapporta sur la question agraire et fut réélu au CE et au Présidium de l’IC. Il conserva cette dernière fonction jusqu’à la dissolution de l’IC en 1943. Il participa au travail des 7e-8e plénums du CE de l’IC. En 1928-1933, président du comité exécutif du Soviet international des paysans. De 1928 à 1939 il dirigea l’Institut international agraire et fut rédacteur en chef de la revue Problèmes agraires (1934-35). De 1926 à 1929 il rédigea l’organe du PCB Kommounistitchesko znamia puis de 1931 à 1935 et fut responsable du travail paysan du CE de l’IC.

Pendant la Seconde Guerre mondiale Vassil Kolarov participa à la lutte contre le fascisme, il écrivit brochures et articles, travailla à la radio clandestine « Christo Botev ». Membre de la rédaction de la radio en langues étrangères (1941-1942) Il représenta le PCB à Moscou de 1942 à 1945. En mai 1943, il fut un des dirigeants du CE de l’IC qui signèrent la décision du Présidium de l’IC sur la dissolution de l’Internationale communiste. Revenu en Bulgarie, il fut le président de l’Assemblée nationale en 1945-1946 et le président de la Grande assemblée nationale en 1946-1947 ; il fut également président à titre intérimaire de la République populaire de Bulgarie. De 1947 à 1948 il fut vice premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie. En 1948, au 5e congrès du PC bulgare, il fut élu à son CC et à son Bureau politique. De 1949 à 1950, Kolarov fut premier ministre de la République populaire de la Bulgarie.

Docteur ès sciences économiques (1935), académicien de l’Académie des sciences de Bulgarie (1946), Vassil Kolarov mena à bien des recherches théoriques, en particulier sur les problèmes agraires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75596, notice KOLAROV Vassil Petrov. Pseudonymes : VÉNÉLINE et VÉGÈNE. par Serge Wolikow, version mise en ligne le 31 décembre 2009, dernière modification le 31 décembre 2009.

Par Serge Wolikow

SOURCES : RGASPI, 495-18-163, 495-18-228, 49519-633, 495-20-948, 495-167-140, 495-32-23, 495-3127, 495-4-166, 495-2-179, 495-2-228, 495-55-20. — « 10 ans de l’IC en résolutions et en chiffres », M-L, 1929 ; « Vassil Kolarov », M., 1963.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément