ALLEFRESDE Maurice, Marcel

Par Jacques Girault

Né le 30 août 1926 à Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèche), mort le 26 août 2002 à Aubenas (Ardèche) ; professeur ; militant syndicaliste (SNET) ; militant communiste ; maire de Prunet (Ardèche) ; « militant du développement territorial ».

Fils d’un instituteur, Maurice Allefresde obtint le baccalauréat au lycée de Tournon (Ardèche), puis intégra l’École normale supérieure de l’enseignement technique (promotion 1947-1949, section E, lettres-histoire-géographie). Inscrit aux instituts de géographie des facultés des lettres de Strasbourg puis de Lyon, il fut reçu à l’agrégation de géographie en 1958. Nommé professeur à l’école nationale professionnelle de garçons La Martinière de Lyon, il enseigna en classe préparatoire à l’ENSET. Préparant une thèse sur la Scandinavie, il fut nommé assistant à l’Université de Lyon II à partir d’octobre 1960.

Militant du Parti communiste français, il était marié et avait deux filles.

À partir de 1959, Maurice Allefresde, militant du Syndicat national de l’enseignement technique, signait les appels à voter pour la liste "Union pour une action syndicale efficace" aux élections de la commission administrative et fut candidat à la commission administrative paritaire nationale en 1960.

Son enseignement utilisait régulièrement les méthodes actives et sa personnalité entraînait l’adhésion de ses élèves puis des étudiants. Très attiré par les réflexions sur la didactique, il s’engagea dans des expériences pédagogiques en direction de la formation de la jeunesse et des adultes. Lors de ses enquêtes dans le cadre de sa thèse, il découvrit les expériences en Suède sur la diffusion d’activités artisanales dans la Suède rurale. Il déplorait souvent le manque d’engagement des universitaires français dans les interventions socio-économiques innovantes. Partisan d’actions nouvelles de l’Université, « de l’Université hors des murs », après 1968, renonçant à faire carrière, il participa à la création en 1975 du Centre d’étude et de formation rurales appliquées qui expérimenta, en Ardèche, département déshérité, des actions de formation professionnelle auprès des populations rurales selon la méthode de « formation-développement » pour retrouver l’identité et les cultures antérieures du milieu. Il travailla dans cette perspective dans d’autres régions françaises, dont les ateliers ruraux de l’Aubrac en 1992. Il anima le Groupe de recherches pour l’éducation et la prospective qui mettait au centre de ses actions le développement des territoires. Il participa à des missions en Amérique latine dans le cadre du Programme des Nations Unies pour le Développement. Intéressant surtout des géographes soucieux de mettre leur discipline au service de l’action, ces expériences furent l’objet d’interventions lors de colloques ou de manifestations culturelles, comme le Festival de Géographie de Saint-Dié (Vosges). La revue du Groupe de recherche pour l’éducation et la promotion Pour, en 2007 publia quelques textes choisis des interventions d’Allefresde (p. 81-156).

Maurice Allefresde mena constamment une action politique. Maire de Prunet (Ardèche) de 1995 à 2001, il expérimenta l’intercommunalité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75608, notice ALLEFRESDE Maurice, Marcel par Jacques Girault , version mise en ligne le 2 janvier 2010, dernière modification le 23 septembre 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : Voir https://www.cairn.info/revue-pour-2007-1-page-81.htm
Le catalogue de la BNF comprenait en 2017 un rapport de 1991 de M. Allefresde et de Denys Aguettant pour le Ministère du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, L’avenir de l’emploi dans les zones rurales. Il collabora au Guide bleu Rhône Alpes (1994).

SOURCES : Presse syndicale. — Site Internet du GREP. — Géocarrefour, volume 77, 2002 (article de Jacques Bethemont). — « Portraits d’Ardéchois », http://medarus.org/Ardeche/07celebr/07celTex/allefresde_maurice.html.~— Note de Julien Veyret.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément