JAKUBOWICZ Émile

Par Jean-Pierre Besse

Résistant FTP-MOI de Haute-Garonne et du Lot-et-Garonne ;manoeuvre à la SNCF à Toulouse (Haute-Garonne).

Émile Jakubowicz arriva en France en 1934 où son père était installé depuis deux ans. Ce dernier militait au Bund.

Lors des premières mesures antisémites prises par le gouvernement de Vichy, la famille se cacha mais le père, la mère, le frère et la soeur d’Émile furent arrêtés lors de la rafle du Vel d’Hiv et moururent à Auschwitz.

Émile Jakubowicz, qui avait adhéré aux Jeunesses communistes en 1941, décida de passer en zone non occupée. Il arriva à Toulouse en juillet 1942 et sous une fausse identité, Berthé, entra comme manœuvre à la SNCF.

Il passa à la lutte armée en juin 1943 et fonda, avec François Alonso*, le groupe des saboteurs qui organisa plusieurs attentats en gare de Toulouse-Raynal contre des avions et des moteurs d’avion.
Blessé en décembre 1943 au cours d’une action contre un restaurant allemand à Toulouse, il fut soigné à Castelculier dans le Lot-et-Garonne.

Il fut nommé en mars 1944, commissaire militaire régional des FTP-MOI de Lot-et-Garonne et revint à Toulouse après la Libération. Il organisa alors le premier régiment FTP de l’Ariège qui rejoignit les FFI et fut dirigé par Calvetti*.

Contrairement à beaucoup de ses camarades résistants MOI, il ne regagna pas la Pologne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75612, notice JAKUBOWICZ Émile par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 19 juin 2010, dernière modification le 18 octobre 2019.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCE : Jean-Yves Boursier, La guerre des partisans dans le Sud-Ouest de la France 1942-1944. La 35e Brigade FTP-MOI, L’Harmattan, 1992.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément