NEWTON William

Né en 1822 à Congleton, Cheshire ; mort le 9 mars 1876 à Londres ; syndicaliste et journaliste.

William Newton avait commencé de travailler à quatorze ans dans un atelier de locomotives ; quatre ans plus tard, en 1840, il adhère à l’Amicale des mécaniciens (Journeyman Steam Engine and Machine Makers’ Friendly Society), plus connue sous le nom de Old Mechanics, et à la fin de l’année, il s’établit à Londres. Quoique très jeune, Newton s’affirme bien vite comme un des porte-parole les plus influents des mécaniciens ; il va jouer un rôle décisif dans les discussions qui précèdent la fusion des divers syndicats de mécaniciens en une association nationale. Il seconde dans cette entreprise le principal dirigeant, William Allan*. Les activités syndicales de Newton provoquent son renvoi en 1848 et il devient patron du Phoenix Tavern, cabaret de l’East End qui sert de lieu de réunion à la section londonienne de l’Old Mechanics.

C’est le 6 janvier 1851 qu’est créé le syndicat unifié des mécaniciens, forgerons, machinistes et modeleurs, sous le nom de Amalgamated Society of Engineers ; Allan devient secrétaire général et son ami Newton, figure très en vue grâce à ses talents d’orateur et de journaliste, lui sert d’adjoint. Le 4 janvier 1851, il commence la publication de Operative (L’Ouvrier), hebdomadaire qui sera l’organe officieux du Syndicat. En juillet de l’année suivante, alors que prend fin le fameux lock-out des mécaniciens, Newton se présente aux élections législatives comme candidat de Tower Hamlets, circonscription de l’East End de Londres. Il est battu car la plupart des ouvriers qui le soutiennent n’ont pas le droit de vote. En 1853-1854, on le trouve à la direction de l’Englishman et dans les années 1860, il est le premier rédacteur en chef de l’East London Observer, publication locale dont il deviendra propriétaire et qu’il va diriger jusqu’à sa mort.

Newton participe activement à la vie municipale des quartiers Est de Londres, il est même l’un des premiers ouvriers à y être admis. Il tente encore deux fois sa chance aux élections, en 1868 (Tower Hamlets) et 1875 (Ipswich), mais toujours sans succès.

Toute sa vie Newton, archétype du radicalisme des ouvriers qualifiés au temps du mid-victorianisme, s’est affirmé un défenseur acharné du syndicalisme et des droits des ouvriers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75746, notice NEWTON William, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 7 janvier 2010.

BIBLIOGRAPHIE : CE. Raven, Christian Socialism, 1848-1854, Londres, 1920. — J.B. Jefferys, The Story of the Engineers, Londres, 1945. — R. Harrison, Before the Socialists, Londres, 1965. — Joyce Bellamy, John Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. II.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément