NOEL-BAKER Philip John

Né le 1er novembre 1889 à Londres ; mort le 8 octobre 1982 à Londres ; député et ministre travailliste.

Philip Baker naît dans une famille de quakers de tradition pacifistes ; son père, député libéral, organise des échanges entre représentants des Églises chrétiennes d’Angleterre et d’Allemagne pour encourager la paix internationale. Après des études secondaires à York, Philip Baker va d’abord aux États-Unis à Haverford College, puis termine à King’s College, Cambridge, où il se spécialise en histoire et en science économique et passe brillamment ses diplômes en 1910 et en 1912.

Lorsqu’éclate la guerre en 1914, Baker organise l’Ambulance des quakers dont il prend la tête ; puis de 1915 à 1918, il commande la première ambulance britannique en Italie. Au lendemain de l’armistice il est le principal collaborateur de Lord Robert Cecil à la conférence de la paix qui se tient à Paris. Philip Baker refuse alors d’entrer dans l’entreprise paternelle, Baker Perkins Ltd, et il passe deux ans à la Société des Nations (1920-1922) comme premier adjoint de Sir Eric Drummond, le premier secrétaire général de la SDN. Il collabore également avec le docteur Nansen pour venir en aide aux prisonniers de guerre et aux réfugiés. On le trouve encore, pendant deux ans, comme secrétaire personnel du représentant de la Grande-Bretagne au conseil et à l’assemblée de la SDN.

En 1915 il avait épousé Irène Noel, la fille d’un propriétaire terrien britannique en Grèce. Elle partage les opinions et les idéaux de son mari et collabore de près avec lui. En 1921, Baker ajoute à son patronyme celui de sa femme et prend le nom de Noel-Baker.

Si sur le plan international, Noel-Baker travaille assidûment pour la paix et le désarmement, il s’intéresse également à la politique intérieure et affirme des convictions socialistes. Battu aux élections législatives de 1924, il entre au Parlement en 1929 comme député de Coventry. De 1924 à 1929, il enseigne les relations internationales à l’université de Londres et publie plusieurs ouvrages importants sur le désarmement et la SDN.

Devenu parlementaire, Noel-Baker est nommé directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, Arthur Henderson* et représente la Grande-Bretagne à l’Assemblée de la SDN. Mais il perd son siège en 1931 et ne revient à Westminster qu’à l’occasion d’une élection partielle à Derby en 1936. Pendant ces années passées hors du Parlement, il assiste Henderson qui préside la conférence du désarmement à Genève en 1932-1933 ; en 1933, il fait partie de la délégation britannique à la conférence de Toronto sur les relations entre pays du Commonwealth. En 1934, il enseigne à Yale. En 1937, Noel-Baker est appelé au Comité exécutif du parti travailliste.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Noel-Baker occupe le poste de secrétaire parlementaire auprès du ministre des Transports dans le gouvernement d’union nationale. En 1945, il est nommé ministre d’Etat au Foreign Office auprès de Bevin, puis en 1946-1947, ministre de l’Air, en 1948, ministre des relations avec le Commonwealth, enfin en 1950-1951, ministre des Carburants et de l’Énergie. Lorsque les travaillistes retournent dans l’opposition, Noel-Baker fait partie du Cabinet fantôme (1952-1964) et il est au Parlement le porte-parole travailliste sur les questions du désarmement et des Nations-Unies. En 1959, il reçoit le prix Nobel de la paix pour son livre « La course aux armements ; programme pour un désarmement mondial », et le prix Albert Schweitzer en 1961.

Comme Noel-Baker se rendait fréquemment en Grèce au temps de la dictature pour s’occuper de ses propriétés, ces voyages, interprétés comme des marques de soutien au régime des colonels, lui ont valu les critiques de plusieurs sections du Labour. Entré à la chambre des Lords en 1977, Noel-Baker continue de s’intéresser aux problèmes de la paix et de la guerre jusqu’à sa mort en 1982.

Son fils, Francis Noel-Baker, né en 1920, a été également député travailliste (1945-1950, 1955-1969).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75748, notice NOEL-BAKER Philip John, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 7 janvier 2010.

ŒUVRE : The Geneva Protocol (Les accords de Genève), Londres, 1925. — The Private Manufacture of Armaments (Manufacture privée d’armements), Londres, 1936. — The Arms Race : A Programme for World Disarmament (La course aux armements : programme pour un désarmement mondial), Londres, 1958.

BIBLIOGRAPHIE : D.S. Birn, The League of Nations Union, 1918-1945, Oxford, 1981. — Who’s Who, 1981.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément