SHACKLETON David James

Né le 21 novembre 1863 près d’HasIingden, Rossendale, Lancashire ; mort le 1er août 1938 à Saint-Armes, Lancashire ; dirigeant travailliste.

Le père de David Shackleton avait été tisseur à la mécanique avant de devenir horloger à Nelson. C’est là que le jeune garçon fréquente l’école primaire avant de travailler à mi-temps dans un atelier de tissage dès qu’il a neuf ans (la loi de 1870 sur l’instruction publique maintient le système — largement utilisé dans les manufactures de coton du Lancashire — de partage du temps des enfants : moitié à l’usine, moitié à l’école ; en 1874, l’âge d’entrée des enfants à mi-temps en usine est reculé à dix ans).

Shackleton gagne sa vie comme ouvrier du coton jusqu’à l’âge de vingt ans. Il devient alors permanent pour un an de l’Association des tisseurs de Ramsbottom ; ensuite, de 1894 à 1907, il assure le secrétariat d’un syndicat plus important, l’Association des tisseurs de Darwen. Il est devenu un des dirigeants syndicaux les plus actifs du Lancashire. Shackleton est profondément libéral et sa carrière est une parfaite illustration de ce que représente le Lib-Labisme pour le mouvement ouvrier britannique. Les « Lib-Labs » étaient ces ouvriers, trade-unionistes la plupart du temps, qui avaient choisi de soutenir le parti libéral — et de préférence la minorité radicale du parti — en souhaitant toutefois voir élire davantage de représentants des classes laborieuses, que ce soit dans les conseils municipaux ou à la Chambre des Communes. Dans la mesure où ils mettaient toute leur énergie à réclamer une représentation ouvrière au Parlement, ils acceptaient en contrepartie la dépendance des élus ouvriers au sein du groupe parlementaire libéral.

Conseiller municipal de Darwen à partir de 1894, Shackleton est élu député de Clitheroe en 1902, sous l’étiquette du Comité pour la représentation du travail (Labour Representation Committee). C’est là un effet direct de l’affaire de Taff Vale : l’arrêt rendu en 1901 par la Chambre des Lords menaçant le droit de grève en faisant peser sur les syndicats la menace de lourdes condamnations à des dommages et intérêts, les trade-unions prennent très au sérieux le danger et cherchent à se faire représenter au Parlement pour pouvoir modifier la législation en leur faveur : l’élection de Shackleton est l’une des manifestations de ce nouvel état d’esprit et de cette nouvelle tactique. Pour sa part Shackleton ne modifie pas ses vues politiques. Son programme électoral reste celui d’un syndicaliste libéral que les nouvelles idées socialistes n’ont guère atteint et, une fois élu, il garde la même ligne de pensée. Lorsque Arthur Henderson* entre à son tour à Westminster en 1903, les deux hommes se lient d’amitié. Ils partagent le même appartement à Londres et surtout les mêmes opinions ; tous deux appartiennent au méthodisme wesleien et sont teetotallers. En 1904, Shackleton est choisi comme président du LRC et il accompagne Ramsay MacDonald* au congrès de la IIe Internationale à Amsterdam. La même année il entre au comité parlementaire du TUC dont il présidera le congrès en 1908. Au lendemain du succès électoral du LRC en 1906, Shackleton présente sa candidature à la tête du nouveau groupe parlementaire des élus du LRC qui prend désormais le nom de Labour Party. Au deuxième tour, Keir Hardie* l’emporte avec une voix de majorité.

Hardie, Henderson et Shackleton militent activement pour faire adopter la loi sur les conflits du travail (Trades Disputes Act, 1906) qui abolit la décision de Taff Vale et rétablit plus ou moins la situation légale des syndicats telle qu’elle était avant l’arrêt de 1901.

A quarante-sept ans, Shackleton démissionne de la Chambre des Communes pour entrer au ministère de l’Intérieur comme conseiller principal pour les questions ouvrières. En 1911, au lendemain du vote de la loi sur les assurances sociales, il devient le commissaire de l’Assurance pour la santé publique. La création d’un ministère du Travail en 1916 le fait accéder à son plus haut (et dernier) poste, celui de secrétaire général du ministère. Shackleton est fait chevalier en 1917 et il se retire à Saint-Annes, dans le Lancashire, en 1925.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75795, notice SHACKLETON David James, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 7 janvier 2010.

ŒUVRE : Labour Politics (Politique ouvrière), en collaboration avec K. Hardie et P. Snowden, Londres, 1903. — Labour and Protection (La protection du travail), Manchester, 1910.

BIBLIOGRAPHIE : F. Bealey et H. Pelling, Labour and Politics, 1900-1906, Londres, 1958. — P.F. Clarke, Lancashire and the New Liberalism, Cambridge, 1971. — Dictionary of National Biography, 1931-1940. — Joyce Bellamy, John Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. II.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément