SPOOR Benjamin Charles

Né le 2 juin 1878 à Witton Park, Bishop Auckland, Durham ; mort le 22 décembre 1928 à Londres ; député travailliste.

À quartorze ans, « Ben » Spoor débute comme apprenti mécanicien dans l’atelier de son père ; par la suite, il devient entrepreneur. Il adhère à l’Independent Labour Party (parti indépendant du travail) dans les premières années du siècle et en devient un propagandiste actif dans tout le nord-est de l’Angleterre.

Élu conseiller municipal en 1906, Spoor a quarante ans lorsqu’il entre au Parlement comme député de Bishop Auckland et il conserve son siège jusqu’à sa mort, dix ans après. En 1919, il accède à l’exécutif national du parti travailliste et lors de la formation du premier gouvernement travailliste, en 1924, il assume pendant quelque temps la charge de responsable de la discipline (whip) du groupe parlementaire à la Chambre des Communes ;il sert également comme secrétaire parlementaire auprès du ministre des Finances. Au Parlement, Spoor s’est spécialisé dans les affaires indiennes et les questions du Moyen-Orient ; il plaide en faveur de l’indépendance de l’Inde et de l’Egypte.

Dans les dernières années de sa vie, Spoor envisage une éventuelle collaboration des travaillistes et des libéraux, mais cela lui vaut de violentes critiques au sein de l’ILP.

Spoor est demeuré toute sa vie un fervent méthodiste et ses convictions religieuses ont toujours exercé une influence décisive sur ses choix politiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75812, notice SPOOR Benjamin Charles, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 7 janvier 2010.

BIBLIOGRAPHIE : S.V. Bracher, The Herald Book of Labour Members, Londres, 1923. — G.D.H. Cole, History of the Labour Party from 1914, Londres, 1948. — H. Pelling, A Short History of the Labour Party, Londres, 1962.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément