GEORGE Claude, Henri, André

Par Jacques Girault

Né le 24 avril 1932 à Paris (VIe arr.) ; professeur d’Université ; militant syndicaliste ; militant communiste.

Fils d’un ouvrier chromeur-nickeleur du quartier de Belleville qui fut prisonnier de guerre (1940-1945), Claude George eut une jeunesse difficile à Paris. Élève du lycée Voltaire, il découvrit les mathématiques en classe préparatoire aux Arts et Métiers au collège moderne et technique d’Arsonval à Saint-Maur-des-Fossés (Seine). Reçu à la première partie du baccalauréat technique, puis au baccalauréat « mathématiques élémentaires », il entra en classes préparatoires au lycée Saint-Louis et fut reçu à l’École normale supérieure en 1952.
Agrégé de mathématiques (1955), George devint attaché de recherches au Centre national de la recherche scientifique en 1960. Membre du Syndicat national des chercheurs scientifiques, il fut élu au comité national du CNRS. Docteur ès-sciences en 1975 (thèse « Les chaînes de Markov associées à des polynômes orthogonaux »), il fut chargé d’enseignement puis professeur à la faculté des Sciences de Nancy puis à l’Université de Nancy I où il prit sa retraite en 1994. Militant du SNESup, il exerça des responsabilités de gestion comme membre du Conseil de l’Université (deux mandats). Il participa à plusieurs reprises aux jurys de l’agrégation de mathématiques et effectua des missions, notamment en Algérie pour assurer un cours et un séminaire (Sétif).

George adhéra au Parti communiste français à son entrée à l’ENS. Militant de l’Union nationale des étudiants de France, il fut secrétaire de la section de l’ENS quand le statut de fonctionnaires stagiaires fut acquis. En 1953, il fit partie de la délégation de l’Union de la Jeunesse républicaine de France au festival mondial de la Jeunesse à Bucarest et, par la suite, participa aux luttes des communistes contre les guerres d’Indochine et d’Algérie.

George effectua, en 1959, son service militaire en Allemagne mais ne put devenir officier en raison de ses engagements politiques et syndicaux. Père de deux enfants, il effectua ses vingt-quatre mois de service militaire à Vilingen et le termina avec le grade de brigadier-chef.

Claude George, membre du collectif universitaire européen de solidarité avec Cuba, partit en 1968-1970 à l’Université de La Havane, pour rénover les enseignements universitaires et créer un séminaire d’Analyse fonctionnelle. Il y séjourna à nouveau en 1979 et en 1988. Il partit aussi au Nicaragua dix-huit mois en deux séjours à l’Université de Léon après la victoire des Sandinistes en 1979.

George se maria en septembre 1954 à Saint-Ouen-l’Aumône (Seine-et-Oise). Le couple eut deux enfants.

Claude George, qui habitait Épinay-sur-Seine, quartier d’Orgemont, fut élu conseiller municipal en mars 1971 sur une liste d’Union démocratique conduite par le maire sortant Gilbert Bonnemaison, socialiste. Il fut actif dans le domaine culturel (commissions du conservatoire, du centre culturel, des bibliothèques), dans la gestion des Maisons de jeunes. Membre de l’Office municipal des questions scolaires, il participa à l’organisation des colonies de vacances comme délégué du conseil municipal au Comité des œuvres laïques de vacances d’enfants et d’adolescents. Il ne se représenta pas en fin de mandat.

En 2009, George était membre de la section communiste du Ve arrondissement de Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76161, notice GEORGE Claude, Henri, André par Jacques Girault, version mise en ligne le 1er février 2010, dernière modification le 19 octobre 2020.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : Exercices et problèmes d’intégration, Paris, Gauthier-Villars, 1980, réédité chez Gabay en 2004, traduit en anglais, New-York, Springer, 1984. — De Belleville à Ulm. 1932-1952, chez l’auteur, 1995.

SOURCES : Arch. Épinay-sur-Seine (Delphine Masset). — Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément