KACZMAREK Patrick

Par Julien Cahon

Né le 15 octobre 1952 à Arras (Pas-de-Calais) ; médecin ; militant socialiste PSU puis communiste ; secrétaire fédéral du PCF, président départemental et membre du BN du Mouvement de la paix.

Fils de François Kaczmarek et de Madeleine Morand, conseillère technique à EDF, Patrick Kaczmarek grandit dans un milieu catholique. Suite au divorce de ses parents, il fut élevé par sa mère, qui avait rejoint un poste à Amiens en 1959. Il effectua toute sa scolarité dans cette ville, à l’école Beauvais puis au collège Amiral Lejeune. Lycéen à la Cité scolaire puis à la Providence – où il obtint un bac série D en 1970 – il fit son entrée en politique dans l’effervescence de mai 1968, en adhérant au PSU. Il poursuivit son cursus en faculté de médecine, passa sa thèse et devint docteur en médecine. Jusqu’en février 1981, il effectua son service militaire à Amiens comme médecin d’état-major à la caserne Friant, puis exerça la médecine au CHU d’Amiens et dans le quartier Saint-Maurice.

Il adhéra au PCF en 1974 et gravit les échelons de l’appareil communiste local, de la cellule d’entreprise de l’hôpital au secrétariat fédéral. Chargé de la formation des cadres à l’échelon fédéral, il dirigea Radio-Lafleur. En janvier 1980, il était signataire de l’appel des « 63 intellectuels de la Somme dénonçant la scandaleuse campagne anticommuniste ». Y figurait également le nom de Roger Kintz*.

Président du comité d’Amiens de l’Association France-Pologne, constitué en février 1981, Patrick Kaczmarek présida aussi, dans les années 1980, le comité de la Somme du Mouvement de la paix, reconstitué en octobre 1981, plusieurs années après le départ de Renée Laborie* et François Vanbremeersch* et sa mise en sommeil. Sa première tache fut de préparer le rassemblement du 25 octobre à Paris « pour la paix et le désarmement, contre la bombe à neutrons ».

Au cours du week-end de Pâques 1983, il conduit la délégation départementale à la marche de la paix de Dortmund. En juin 1983, il fait partie des 22 personnalités de la Somme qui se joignirent à « l’appel des 100 » pour la paix et le désarmement. Il fit ensuite son entrée au bureau national du Mouvement de la paix au moment de la mobilisation contre l’installation des fusées Pershing sur les bases européennes de l’OTAN.

Il organisa deux colloques en décembre 1987, le 12 sur la sécurité européenne avec la participation d’Yves Cholière, ancien rédacteur en chef de la revue Combat pour la paix, et le 19 avec celle de M. Borouik, responsable du Comité soviétique de la paix

Candidat aux élections cantonales de 1988, 1994 et 2001 dans le canton d’Amiens-nord 8, il échoua, à chaque fois, face au socialiste Francis Lec, mais fut élu conseiller régional de Picardie en 1988, mandat qu’il conserva jusqu’en 2004. En désaccords avec la direction du PCF, il démissionna du parti en 2003.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76352, notice KACZMAREK Patrick par Julien Cahon, version mise en ligne le 14 février 2010, dernière modification le 13 décembre 2010.

Par Julien Cahon

SOURCES : Le travailleur de la Somme. — Le courrier picard. — Alain Trogneux, Dictionnaire des élus de Picardie, tome I : Somme, Amiens, éditions Encrage, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément