JULLIEN Pierre, Victor, Élie

Par Gilles Vergnon

Né le 17 décembre 1896 à Valence (Drôme), mort le 29 octobre 1986 à Nyons (Drôme) ; représentant en produits agricoles ; socialiste ; conseiller général de Nyons de 1947 à 1973, maire de Nyons de 1965 à 1977.

Issu d’une famille de couches moyennes (son père Elie Jullien, était professeur au collège municipal de Valence) et de tradition protestante, Pierre Jullien, après avoir fait ses études au lycée de Valence, fut mobilisé dans la Grande guerre, au cours de laquelle il fut décoré de la Croix de guerre et de la médaille de Verdun. Il adhéra à la SFIO en 1922, après sa démobilisation. Représentant en produits agricoles, résidant à Nyons à la suite de son mariage (le 7 avril 1923 avec Rose Lagier), il fut à l’origine de la création de plusieurs sections en Drôme méridionale (Pierrelatte, Rémuzat, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Séderon, Suze-la-Rousse, Tulette).

Pierre Jullien fut élu conseiller général du canton de Nyons en juillet 1947, à la suite de la démission du conseiller général Jean Chaix, apparenté communiste, en battant Albin Vilhet, candidat du PCF, par 1882 voix contre 1396. Il fut réélu dès le premier tour en mars 1949 (1949 voix contre 1230 à Albin Vilhet), avril 1955, 1961 et 1967. Sa profession et ses fonctions de président de la société de chasse de la Drôme lui conféraient, selon les Renseignements généraux, une grande influence dans les milieux commerçants et parmi les chasseurs, nombreux dans le canton. Désigné par son parti comme candidat aux élections législatives de juin 1951, il était troisième sur la liste conduite par Marcel Cartier et Benjamin Malossane* puis, à nouveau en janvier 1956, en deuxième place derrière Marcel Cartier. Il fut ensuite suppléant de Maurice Pic* aux élections législatives de novembre 1958, novembre 1962 et mars 1967.

Pierre Jullien fut brièvement membre de la commission exécutive de la fédération du « Nouveau parti socialiste » en décembre 1969. Élu maire de Nyons en 1965, il fut réélu triomphalement en mars 1971, sa liste emportant la totalité des 23 sièges.

La section socialiste de Nyons fêta son jubilé politique en 1972. Battu au second tour des élections cantonales du 30 septembre 1973 par l’UDR Jean Escoffier, il lui abandonna aussi la mairie de Nyons en mars 1977, où la liste d’Union de la gauche, sur laquelle figurait son vieil adversaire communiste Albin Vilhet*, n’obtint que deux élus sur vingt-deux.

Pierre Jullien était président d’honneur de la Fédération départementale des chasseurs de la Drôme, officier du Mérite agricole et officier de la Légion d’honneur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76472, notice JULLIEN Pierre, Victor, Élie par Gilles Vergnon, version mise en ligne le 28 février 2010, dernière modification le 15 juillet 2011.

Par Gilles Vergnon

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 518 W 2. — Drôme demain. — La Volonté socialiste, 18 mai 1972, 5 juillet 1980, 8 novembre 1986. — Jean-François Robert, « Le conseil général de la Drôme », Cahier de l’Institut Marius Moutet, 2, 1998. — État civil de Valence.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément