ILBERT Jean, Laurent, Guillaume

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 18 septembre 1902 à Oloron-Sainte-Marie (Basses-Pyrénées), mort le 1er décembre 1966 à Paris (XIIIe arr.) ; employé ; rédacteur à l’Humanité.

Fils d’un jardinier, Jean Ilbert travailla à Paris comme employé au Comptoir national d’escompte et milita au 3e rayon communiste de la région parisienne. La direction de l’Humanité l’engagea comme rédacteur de la rubrique « Vie sociale » en janvier 1926. Il collaborait avec A. Lacan, J. Raveau et R. Radi. Un rapport de police de janvier 1930 affirme qu’il aurait « fait montre d’une certaine indépendance d’idées » et que Florimond Bonte lui aurait « laissé entendre qu’il devait s’attendre à quitter prochainement son emploi » (Arch. PPo. Ba/1715).

En effet, Jean Ilbert, responsable du « Front ouvrier » écrivit le 13 octobre 1930, une lettre à Thorez demande à être remplacé à l’Humanité pour raisons de santé, demande acceptée.

Domicilié 11 rue Pierre-Picard à Paris (XVIIIe arr.) en 1930, il était deux ans plus tard commerçant rue Rondelet (XIIe arr.). Le Parti communiste le présenta aux élections législatives des 1er et 8 mai 1932 dans l’arrondissement d’Aubusson (Creuse). Son affiche électorale louait ses qualités de propagandiste ardent de toutes les organisations d’avant-garde : comités de défense de l’Humanité, Secours rouge international et Secours ouvrier international. Il recueillit au premier tour 615 voix sur 18 658 inscrits (3,3 %) et, au deuxième tour, 162 voix (0,87 %), le candidat socialiste Camille Bénassy* ayant bénéficié du report de la majeure partie des suffrages communistes.

Jean Ilbert s’était marié à Paris (XIIe arr.) le 7 septembre 1935.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76490, notice ILBERT Jean, Laurent, Guillaume par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 15 avril 2010, dernière modification le 30 novembre 2022.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : RGASPÏ, 495 270 6597. — Arch. PPo. Ba/1715, janvier 1930. — Arch. Dép. Creuse, 3 M 320. — Mémorial de la Creuse, 7 et 14 mai 1932. — Le Travailleur du Sud-Ouest, 9 avril 1932. — État civil d’Oloron-Sainte-Marie.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément