ANDRÉ Jean [ANDRÉ Fernand, René, Jean, Marie].

Par Jacques Girault

Né le 13 février 1907 à Besançon (Doubs), mort le 31 mai 1977 à Vannes (Morbihan) ; professeur ; militant syndicaliste du SNES et de l’éducation populaire dans le Morbihan.

Jean André dans les années 1950.
Jean André dans les années 1950.

Fils d’un organiste, Jean André, bachelier en 1926, obtint la licence ès lettres à la faculté des lettres de Dijon (Côte d’Or) en 1929 et un diplôme d’études supérieures de géographie à la faculté de Besançon (Doubs) en 1931.

Maître d’internat au collège de Saint-Claude (Jura) en 1927 puis au collège de Salins (Jura) à partir d’octobre 1927, il fut professeur délégué au collège de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) à partir de janvier 1930. Il effectua son service militaire comme officier en 1931-1932. Il fut titularisé professeur à Saint-Mihiel (Meuse) en 1932.

Jean André se maria en décembre 1932 à Douarnenez (Finistère) avec une professeure de lettres qui enseigna au collège de Pont-à-Mousson en 1932-1933, avant d’être nommée au cours secondaire de jeunes filles de Vannes à partir de 1939. Le couple eut cinq enfants.

Mobilisé en août 1939 comme officier, fait prisonnier le 21 juin 1940, Jean André resta en captivité en Autriche puis en Pologne jusqu’au 10 mai 1945.

Au retour de captivité Jean André occupa son poste au collège de Vannes sur lequel il avait été nommé en 1942. Secrétaire de la section (S1) de l‘établissement du Syndicat national de l’enseignement secondaire, il écrivit en 1951 une lettre au ministre de l’Éducation nationale pour protester contre les nominations sur place des candidats aux fonctions administratives.

En 1952, il obtint sa mutation pour le lycée Carnot à Paris mais son épouse n’ayant pas obtenu de poste à Paris, il revint comme professeur d’histoire-géographie au lycée de Vannes, l’année suivante. Toujours secrétaire du S1, il participait au conseil intérieur. L’établissement devint lycée polyvalent en 1967. Il prit sa retraite la fin de l’année scolaire 1969-1970.

Président de l’Association départementale du Morbihan des Anciens combattants prisonniers de guerre, très impliqué dans le mouvement coopératif, il fut à l’origine de la création, en 1950, au sein de la section de Vannes de l’ACPG, d’une association d’éducation populaire qu’il présida et anima.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76626, notice ANDRÉ Jean [ANDRÉ Fernand, René, Jean, Marie]. par Jacques Girault , version mise en ligne le 15 mars 2010, dernière modification le 9 octobre 2021.

Par Jacques Girault

Jean André dans les années 1950.
Jean André dans les années 1950.

SOURCES : Arch. mun. Vannes. — Presse syndicale et locale. — Renseignements fournis par les fils de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément