LIPPER Elinor. Pseudonyme : ZANDER Ruth

Par Peter Huber

Née le 5 juillet 1912 à Bruxelles ; étudiante en médecine à Berlin, réfugiée en Suisse (1933), collaboratrice de l’OMS (1933-1936). Après onze années passées à la Kolyma, témoigne en 1949 à Paris de l’existence du Goulag.

Annonce parue dans La Révolution prolétarienne, décembre 1950.

Fille de parents juifs, elle fit sa scolarité aux Pays-Bas et en Allemagne où son père travailla comme commerçant. Devenue communiste lors de ses études en médecine à Berlin (1931-1933), elle se réfugia chez sa mère installée à Ascona (canton du Tessin) et commença à travailler pour l’OMS. Toujours sous la menace d’une expulsion, Lipper conclut mariage avec le suisse Conrad Vetterli. En novembre 1935 et lors du soulèvement à Rio de Janeiro l’OMS prévit l’y envoyer comme agent de liaison – plan qui fut retiré au dernier moment vu l’échec de l’insurrection. Tout en travaillant à la librairie socialiste Hans Oprecht à Zurich, Lipper poursuivit son activité clandestine pour l’OMS en attirant les soupçons des autorités helvétiques.

Elle partit pour Moscou en janvier 1937 avec un passeport au nom "Ruth Zander" afin d’y travailler comme rédactrice aux Éditions pour les travailleurs étrangers.
Arrêtée le 26 juillet 1937, elle passa 14 mois en détention et fut condamnée en septembre 1938 à cinq ans de camps pour "activité contrerévolutionnaire et trotskyste". Libérée de la Kolyma en 1946, Lipper put rentrer en Suisse et écrivit le récit de son calvaire en Sibérie.

Elle témoigna en février 1949 et avec Margarethe Buber-Neumann au procès Kravtchenko à Paris et, l’année suivante, au procès de David Rousset sur l’existence du Goulag.
Après une tournée aux Etats-Unis organisée par le International Rescue Committee, Lipper se retira à Lugano (canton du Tessin) où elle habitait encore en 1992.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76713, notice LIPPER Elinor. Pseudonyme : ZANDER Ruth par Peter Huber, version mise en ligne le 22 mars 2010, dernière modification le 27 décembre 2019.

Par Peter Huber

Annonce parue dans La Révolution prolétarienne, décembre 1950.

ŒUVRE : Onze ans dans les bagnes soviétiques, Paris, Nagel, 1950 (traduction par Guy Vinatrel de Elf Jahre in sowjetischen Gefängnissen und Lagern). Réédition en 1970 par Le Cercle du bibliophile, avec des illustrations du cinéaste Chris Marker.

SOURCES : RGASPI, 495 205 3364 et 3836. — Peter Huber, Stalins Schatten in die Schweiz. Schweizer Kommunisten in Moskau : Verteidiger und Gefangene der Komintern, Zurich 1994 ; Elinor Lipper, Elf Jahre in sowjetischen Gefängnissen und Lagern, Zürich 1950. — Michael Buckmiller, Klaus Meschkat (éd.), Biographisches Handbuch zur Geschichte der Komintern. Ein deutsch-russisches Forschungsprojekt, Berlin 2007 (CD-ROM inclus).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément