GOUZY Aimé, Lucien

Par André Balent

Né le 12 février 1933 à Roquefort-des-Corbières (Aude) ; instituteur puis PEGC dans les Pyrénées-Orientales ; militant syndicaliste (SNI, SNI-PEGC, SE-UNSA) ; secrétaire départemental de la FEN des Pyrénées-Orientales de 1979 à 1988 ; adhérent du PS (1972-1983).

Aimé Gouzy est le fils de Pierre Gouzy, foudrier, et de son épouse Lucienne Palau. Son père était un « homme de gauche », sans religion. Sa mère était catholique non pratiquante. Le couple eut également une fille. Alors qu’Aimé Gouzy n’avait que quelques mois, la famille Gouzy vint habiter à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) à la suite d’une maladie du père qui après sa guérison trouva un emploi chez Crémail, tonnelier près de la gare. Sa mère fut quelque temps épicière à Rivesaltes. Aimé Gouzy après avoir suivi sa scolarité à Rivesaltes, présenta le concours d’entrée à l’École normale où il entra en 1948. Depuis plusieurs années les garçons effectuaient leur scolarité d’élèves maîtres à l’école normale de Foix (Ariège) alors que les filles de l’Ariège devaient se rendre à l’école normale de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Aimé Gouzy fut d’abord élève à Foix avant de revenir à Perpignan dans une école normale devenue mixte. Il obtint le baccalauréat puis, effectua plus tard le stage nécessaire à l’accès au corps des PEGC.

Il fit son service militaire en 1958-1959 dans l’aviation, d’abord à Compiègne, puis à la base aérienne de Saint-Cyr-l’École. Il termina caporal.
Il épousa (1953) Geneviève Saboureau, sœur de Renée, épouse Soum, professeur certifié de mathématiques, militante socialiste qui fut députée des Pyrénées-Orientales de 1981 à 1986. Le couple se sépara en 1986. Ils eurent deux enfants qui devinrent tous deux professeurs de mathématiques : Marguerite, née le 9 octobre 1954 à Perpignan, militante de la MAIF et de la MGEN ; Gilbert, né le 25 août 1959, militant syndical.

Aimé Gouzy débuta sa carrière comme instituteur adjoint à Bages (Pyrénées-Orientales) en 1953. Muté à Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales) en 1954 il devint, après son service militaire en 1960 professeur du collège d’enseignement général de la localité qui fut ensuite transformé en en CES. Il accéda ensuite, après un stage professionnel au corps des PEGC et fit toute sa carrière au collège de Saint-Laurent-de-la-Salanque. Il prit sa retraite en 1988. En 1979, lorsqu’il devint secrétaire de la FEN, il fut déchargé de cours.

Militant actif du SNI, de la tendance « autonome » puis UID, il fut tout d’abord dans l’opposition départementale, la FEN et le SNI des Pyrénées-Orientales étant dirigées par des militants d’Unité et action comme Lucie (Lucette) Justafré*, Jean Catala, Gérard Erb.

Il accéda à la direction départementale de la FEN lorsque la majorité passa à UID en 1969. Secrétaire adjoint de la section départementale de la FEN en 1976, il en devint le secrétaire en 1979 et le resta jusqu’en 1988, date de son départ à la retraite. Il y laissa le souvenir d’un militant ferme dans ses convictions mais amical et affable dans ses relations avec ses camarades des tendances minoritaires. Il fut présent et actif lors du congrès national de la FEN de Perpignan (1992) où la majorité UID décida d’exclure le SNES et qui aboutit à la création du SE, d’une part et de la FSU, d’autre part. Ayant adhéré au SE, comme ses camarades de tendance, il ne cessa d’y cotiser.
Aimé Gouzy fut également membre des organes de décision péri-scolaires départementaux. Il était un adhérent actif de la MAIF et de la MGEN.

Il adhéra au Parti socialiste de 1972 à 1983.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76804, notice GOUZY Aimé, Lucien par André Balent, version mise en ligne le 29 mars 2010, dernière modification le 29 mars 2010.

Par André Balent

SOURCES : Réponse à un questionnaire d’André Balent, mars 2010. — Entretien téléphonique (29 mars 2010). — Souvenirs personnels d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément