ABRIOL

Par Didier Bigorgne

Employé dans l’industrie florale ; syndicaliste ; militant du POSR dans la Seine

Abriol fut un des animateurs de la tendance allemaniste au congrès de l’Union fédérative du Centre qui se déroula du 1er au 5 octobre 1890. Il était délégué du groupe d’études sociales Le Réveil de Clignancourt (XVIIIe arr.) où il militait.

Après la scission de la FTSF au congrès de Châtellerault le 9 octobre 1890, Abriol suivit les allemanistes. Le 17 novembre 1890, il fut désigné par la commission exécutive provisoire de l’Union fédérative du Centre pour regrouper les forces du POSR dans le XVIIIe arrondissement.

Au lendemain de la fusillade de Fourmies et de l’arrestation de Jean-Baptiste Clément à Charleville (Ardennes), le 1er mai 1891, Abriol présida à Montmartre (XVIIIe arr.) un meeting de protestation organisé par le groupe allemaniste du Nord et qui rassembla plus de huit cents personnes. Il participa au Xe congrès national du POSR qui se tint du 21 au 29 juin 1891 à Paris. Il y représentait le syndicat de l’industrie florale dont il était membre.

Abriol assista au IIIe congrès de la Fédération nationale des Bourses du travail qui se tint du 25 au 27 juin 1894 à Lyon. Il fut élu délégué suppléant au Secrétariat national du Travail.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76830, notice ABRIOL par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 16 août 2016, dernière modification le 6 août 2021.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Comptes rendus des congrès de la FTSF, du POSR et de la Fédération des Bourses du travail.— Le Parti Ouvrier, 1890 à 1894.— Didier Bigorgne, Les allemanistes (1882-1905). Itinéraires, place et rôle dans le mouvement socialiste français, Thèse de doctorat, Université de Paris 13, 2001.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément