ACHÉ L.

Par Madeleine Rebérioux

Négociant ; militant socialiste de Toulouse (Haute-Garonne).

Issu d’une famille de la petite bourgeoisie toulousaine, L. Aché adhéra au socialisme dans le sillage de Charles de Fitte et se réclama dès lors du blanquisme. Élu au conseil municipal de Toulouse (Haute-Garonne) en janvier 1895 sur une liste de coalition avec les radicaux, il y présenta un projet inspiré de la coopération alors en honneur à la Maison du Peuple et intitulé « La Bouchée de pain ». En juillet 1895, il fut candidat au conseil général dans le canton sud de la ville.
En juillet 1896, il fit partie de ceux qui, reprenant le nom d’Union républicaine socialiste qui avait été avant 1891 celui du groupe de De Fitte, fondèrent sous ce vocable un cercle où se retrouvaient des socialistes d’origines doctrinales variées, rapprochés par une commune aspiration à l’unité. C’est lui qui présida le banquet offert le 23 août pour l’inauguration du cercle. Le conseil municipal élu au printemps ayant été dissous, il refusa, contrairement aux suggestions de Jean Jaurès appelé en arbitre par les socialistes toulousains et aux décisions de son groupe blanquiste, de figurer sur une liste de coalition avec les radicaux et il se présenta sur une liste socialiste dissidente. Les radicaux, qui l’avaient accusé de s’être vendu à la droite, durent faire marche arrière, mais L. Aché obtint trois fois moins de voix qu’en mai.
La dissidence était temporaire et ne concernait qu’un point de tactique. En mai 1900, L. Aché, dont le dévouement à la classe ouvrière était connu (en 1895, il avait été responsable des comités de quartier pour le soutien aux verriers et aux mineurs de Carmaux en grève) fut candidat sur une liste d’union socialiste qui se présentait à côté de la liste radicale et il obtint près de 7 000 voix. Il sera encore candidat en 1904 sur la liste de concentration socialiste qui fut encore une fois battue. Son nom disparaît, comme celui de son ami Salomon Altroff, de la vie militante toulousaine au moment où les socialistes toulousains vont remporter leurs premières grandes victoires électorales.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76833, notice ACHÉ L. par Madeleine Rebérioux, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 5 avril 2020.

Par Madeleine Rebérioux

SOURCES : Arch. Dép. Haute-Garonne, 4 M 106, 112, 117. — La Dépêche, 1896-1904. — Le Peuple, tribune socialiste ouvrière du Midi, 14 avril-28 juillet 1895. — Le Socialiste de Toulouse et de la région, 22 août-12 décembre 1896.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément