ALLEMANE Charles

Né en 1869 à Paris ; militant socialiste.

Fils de Jean Allemane, Charles Allemane fut élevé à l’orphelinat Coquerel (XIe arr.) pendant la déportation de son père en Nouvelle-Calédonie.

Au congrès de la Fédération des travailleurs socialistes de France à Saint-Étienne (1882), Charles Allemane, âgé de treize ans, représentait le Cercle des jeunes travailleurs du XIe arr. de Paris et l’Union fédérale des tonneliers de la Seine. Au congrès de Paris (1883), il portait le mandat de l’Union syndicale et mutuelle de Blois.
N’y a-t-il pas confusion avec un autre Charles Allemane, neveu de Jean, « qui a seize ans en 1877 » (selon Siân Reynolds, donc né en 1861) ?

Un des deux Charles Allemane fut en mai 1888 signataire d’une déclaration socialiste antiboulangiste aux côtés de Jean Allemane, puis par la suite militant du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire.

Le neveu de Jean Allemane, Charles Louis François Allemane, employé, eut avec Léonie Loth (ou Lothe) une fille prénommée Léa, née le 30 décembre 1886 à Paris (XIe arr.), qui mourut le 12 août 1890 au domicile de ses parents, 5, rue Crespin, Paris (XIe arr.). Le Parti ouvrier, journal de Jean Allemane, signala ce décès.

En 1900, l’un des deux Charles Allemane s’occupait d’Universités populaires, et écrivit un article à ce sujet dans Le Parti ouvrier du 23 septembre 1900. Il habitait alors au 51, rue Saint-Sauveur, Paris (IIe arr.).

En janvier 1911, un Charles Allemane était militant du Parti socialiste SFIO dans le département de la Seine et présida une séance du congrès fédéral. Selon le journal Le Radical du 16 janvier 1911, il s’agissait du fils de Jean Allemane.

En 1935, le neveu de Jean Allemane était membre du Syndicat des journalistes socialistes.

Il semble donc établi que les deux Charles Allemane furent militants socialistes, mais il est bien difficile de distinguer leurs parcours militants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76906, notice ALLEMANE Charles, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 19 août 2020.

SOURCES : Comptes rendus des congrès. — Le Parti ouvrier, 30 mai 1888 et 15 août 1890. — Le Populaire, 7 juin 1935. — Siân Reynolds, « Allemane avant l’allemanisme : jeunesse d’un militant (1843-1880) », Le Mouvement social, n° 126, janvier 1984. — État civil de Paris. — Notes de Julien Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément