ANDRÉ Eugène

Par Maurice Moissonnier

Né le 12 juin 1858 à Rozier-en-Donzy (Loire) ; apprêteur ; militant de la Fédération nationale des syndicats.

Installé à Tarare (Rhône) vers 1877, exempté du service militaire en raison de sa faible constitution, Eugène André travailla régulièrement à l’usine Gourdiat. Il se maria le 4 septembre 1879 à Tarare avec Jeanne Rey et eut deux enfants.

De tendance socialiste, il participa en 1891 à l’effort des militants de Tarare qui tentaient, à la faveur d’un congrès (4 octobre 1891), de créer un journal quotidien d’unité socialiste.

La police le soupçonna (à tort) de sentiments anarchistes, et le patronat tararois supporta mal son activité syndicale — il était membre du bureau de son organisation corporative. Au début de 1894, profitant d’une maladie qui contraignit André à interrompre son travail pendant deux mois, le directeur de l’usine le licencia. Malgré une grève de solidarité de 120 ouvriers sur 400 pendant quinze jours, il ne fut pas réintégré et, le 5 mai 1894, il s’installa à Lyon (Rhône), à la Croix-Rousse où il retrouva du travail à l’usine d’apprêt Blanc et Latruffe, 11, rue Burdeau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76957, notice ANDRÉ Eugène par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 27 avril 2021.

Par Maurice Moissonnier

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, 4 M 19 bis.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément