ANDRIEUX Auguste

Par Maurice Moissonnier

Né le 7 avril 1876 à Tarnac (Corrèze), mort le 31 décembre 1966 à Trevoux (Ain) ; maçon à Lyon (Rhône) ; anarchiste lyonnais.

Travaillant à Lyon dans le bâtiment, Auguste Andrieux avait conservé l’habitude de quitter la ville au début de l’hiver et d’aller passer cette saison dans son pays natal où il possédait quelques biens.
Membre du syndicat de sa corporation, il était d’opinions anarchistes et prenait souvent la parole dans les réunions publiques. Populaire dans son milieu, il jouissait de l’estime générale.
Il semble qu’en mars 1896 il ait adhéré au comité lyonnais de la « Jeunesse blanquiste », mais en 1897, en particulier lors d’une réunion tenue à Oullins, il célébra « l’idée anarchiste » et, curieusement, engagea le peuple à agir « comme Robespierre et autres amis des prolétaires », ce qui dénotait une certaine indifférence à l’endroit des théories libertaires...
En janvier 1898, soumis à la surveillance de la police, il s’adressa au préfet du Rhône pour le prier de mettre fin aux tracasseries dont il était victime et s’engagea à « ne plus s’occuper de politique militante » et à « ne plus paraître dans les meetings ».
En 1899, il fut radié des listes de surveillance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76967, notice ANDRIEUX Auguste par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 27 avril 2021.

Par Maurice Moissonnier

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, 20 M. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément