BERÇON Albert, Gustave, Hippolyte

Par Claude Pennetier

Né le 3 août 1887 à Gesvres (Mayenne), mort le 4 février 1943 à Alençon (Orne) ; cheminot dans l’Orne, chef de train ; communiste ; résistant.

Fils de Gustave Berson (car il y eut ensuite une erreur d’orthographe de la mairie de naissance), tailleur de pierres puis maréchal ferrant (il affutait et entretenait les outils de la carrière). Employé des chemins de fer de l’État à Alençon (Orne), Albert Berçon résidait à Condé-sur-Sarthe (Orne). Militant communiste, il se présenta aux élections législatives d’avril 1928 dans la circonscription d’Alençon et recueillit 1,55 % des voix des électeurs inscrits (1,79 % des suffrages exprimés).

Il s’était marié à Saint-Paul-le-Gaultier (Sarthe) le 17 février 1912 avec Marthe Berbrin dont il eut un garçon et une fille, et à Condé-sur-Sarthe (Orne) et le 24 avril 1920 avec Marguerite Leroyer dont il eut une fille et deux fils.

Selon le témoignage de son petit-fils (fils d’André, née en 1992), Albert Berçon eut une activité, dans la Résistance, de sabotage des trains allemands et entraîna ses deux derniers fils dans l’action. Ceux-ci recherchés, quittèrent la Normandie. Albert Berçon mourut de maladie à l’hôpital d’Alençon le 4 février 1943.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article771, notice BERÇON Albert, Gustave, Hippolyte par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 10 septembre 2012.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Presse locale. — Notes d’un de ses petit-fils, D. Berçon. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément