POUJOULY Pierre, Léon

Par Michel Gorand

Né le 30 septembre 1923 à Paris (XVe arr.), mort le 14 décembre 1996 à Saint-Geniez-d’Olt (Aveyron) ; ouvrier professionnel ; membre du bureau national de la Fédération CFTC puis CFDT des cheminots (1962-1966, 1974-1976).

Titulaire d’un CAP d’ajusteur fraiseur, Pierre Poujouly débuta sa vie active en octobre 1939 comme garçon de café. Il entra à l’usine Renault de Boulogne-Billancourt en février 1940 mais la quitta très vite en juin 1940, afin de ne pas avoir à travailler pour l’armée allemande, et se retrouva au chômage. Pierre Poujouly entra à la SNCF comme auxiliaire en janvier 1941, mais abandonna son service en octobre 1943 pour échapper au STO et entra dans la clandestinité. Il fut arrêté et interné au camp de Pithiviers en 1944. Libéré, il participa aux combats de la libération de Paris. Mobilisé et envoyé au Maroc, il fut repris à la SNCF au 1er arrondissement de la Voie à Paris-Sud-Ouest comme ouvrier professionnel (balancier). À cette époque, il militait à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC).
Syndiqué à la CFTC, Pierre Poujouly occupa diverses responsabilités à l’Union Sud-Ouest des cheminots et fut élu au bureau national lors du congrès fédéral d’octobre 1962. Il fit partie du groupe « Démocratie dans le mouvement » qui prépara l’évolution de la CFTC au sein des cheminots et fut dégagé permanent fédéral à partir du 1er novembre 1964. Réélu au congrès de janvier 1965, il devint vice-président de la Fédération des cheminots CFDT pour quelques mois seulement. Permanent fédéral, il fut ensuite chargé de la région parisienne et fut également responsable de la commission technique nationale Voie et Bâtiments. Pierre Poujouly fut élu au conseil fédéral lors des congrès de 1967 et 1970 à Dourdan ainsi qu’à celui de Saint-Étienne en 1973, puis il fut à nouveau élu au bureau fédéral des cheminots CFDT par le conseil fédéral du 27 février 1974. Pierre Poujouly était également chargé de l’organisation des manifestations syndicales parisiennes. Il partit en retraite en mai 1977 et se retira à Saint-Martin-de-Lenne (Aveyron).
Adhérent au Parti socialiste, il fut élu aux élections municipales de 1977 et devint maire adjoint. En février 1979, il devint secrétaire général de la Fédération des élus socialistes et républicains de l’Aveyron, puis président en mars 1980. Il fut battu aux élections sénatoriales de septembre 1980.
Pierre Poujouly fut nommé chevalier de l’Ordre national du Mérite le 7 août 1985. Marié en 1947 à Paris (XIe arr.) avec Colette Nedellec, il fut père de deux enfants nés en 1949 et en 1950.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7714, notice POUJOULY Pierre, Léon par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 décembre 2011.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. SNCF de Béziers. — Le Cheminot de France. — Notes de Marie-Louise Goergen et de Georges Ribeill. — Correspondances avec le fils du militant. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément