AVA-COTIN

Par Justinien Raymond

Mort le 8 janvier 1883 à Saint-Étienne ; un des premiers militants socialistes de la Loire.

Délégué au congrès de Marseille (1879), Ava-Cotin se prononça pour le collectivisme et lui resta fidèle malgré une correspondance suivie avec Benoît Malon. Il animait à Saint-Étienne (Loire) le premier groupe socialiste de cette ville ouvrière, le cercle « L’Union des Travailleurs » qui siégeait, 9, rue de la Banque. Le 29 février 1880, il rendit compte du congrès de Marseille en réunion publique, et, avec ses camarades, en fit adopter les conclusions. En juin 1881, il organisa à Saint-Étienne le congrès régional ouvrier de l’Est.
En 1882, il opta pour Jules Guesde dans le conflit qui l’opposait aux possibilistes et qui conduisit à la première scission du Parti ouvrier à Saint-Étienne même. Ava-Cotin avait loué une salle pour la fraction marxiste, en prévision d’un congrès séparé. Mais une maladie de poitrine le contraignit à l’inaction ; avec une poussée anarchiste due à l’action locale de Régis Faure, ce fut une des raisons de l’effacement de l’influence de Guesde à Saint-Étienne au profit de Malon qui suivit Pierre Coupat.
L’enterrement civil d’Ava-Cotin, le 11 janvier 1883, fut une véritable manifestation en faveur du socialisme et de la libre pensée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article77155, notice AVA-COTIN par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 20 février 2009.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Dép. Loire, 10 M. 80. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, II, p. 305.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément