PREST Ernest, Joseph

Par Jean-Luc Pinol

Né le 12 septembre 1892 à Parthenay (Deux-Sèvres), mort le 4 août 1978 à Argenteuil (Val-d’Oise) ; cheminot chef de bureau ; militant socialiste SFIO de Seine-et-Oise.

Né le 12 septembre 1892 à Parthenay (Deux-Sèvres), fils d’un employé au chemin de fer, Ernest Prest, combattant 1914-1918, représenta la section cadres et bureaux du syndicat des cheminots de Paris-État-Rive droite au congrès du Réseau-État réuni à Thouars en juin 1921. Il vota avec les minoritaires alors que la section l’avait mandaté pour voter majoritaire. En juin 1921, au congrès fédéral, les minoritaires l’emportèrent et les majoritaires ripostèrent en créant la Fédération Montagne. Prest devint secrétaire de l’Union des syndicats du Réseau État, bureau Semard. Le bureau de l’Union comprenait Antoine Rambaud, Élie, Simoneau, Laur et Miot.
En 1926, Prest était trésorier du syndicat CGTU des cheminots de Paris-État-Rive droite et membre de la commission exécutive de la Fédération unitaire des cheminots. Il fut délégué au IIe congrès de la Région parisienne en janvier 1926. En 1927, il soutint activement le projet Balluais-Rambaud de réorganisation de la Fédération unitaire des cheminots. Ce projet, prônant l’autonomie des réseaux, s’opposait à celui de Lucien Midol qui souhaitait, au contraire, une centralisation accrue. De même Prest, toujours avec Albert Balluais et Antoine Rambaud, proposa une motion interdisant le cumul des fonctions et interdisant la rééligibilité des responsables syndicaux. Tous ces projets ou propositions furent repoussés par la majorité du congrès fédéral de juillet 1927. Très lié à la minorité de la Fédération unitaire des cheminots, fortement représentée au Réseau État, Prest eut une position assez incommode. Il se sépara en 1928 des dirigeants minoritaires mais ne rallia pas pour autant la majorité. En octobre 1929, lorsque le congrès du Réseau État eut lieu à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), il fit plusieurs déclarations avant ou pendant ce congrès accusant Antoine Rambaud et Simon d’être des « vendus à la bourgeoisie » et justifiant son refus d’« être sous la direction du Parti communiste » parce que ses dirigeants « appartiennent presque tous à la préfecture de police ».
Administrateur de l’Orphelinat national des chemins de fer après la Seconde Guerre mondiale, il en devint le secrétaire puis le trésorier général.
Chef de bureau (en retraite en 1955), Ernest Prest, qui avait adhéré au Parti socialiste SFIO en 1919, fut secrétaire de la section et de l’Union des sections du canton d’Argenteuil en 1956-1959. Membre de la commission exécutive fédérale en 1955, réélu suppléant en 1956, secrétaire de la commission fédérale de documentation la même année, il revendiquait plus de quinze ans de secrétaire de section et membre de la CAF en 1967. Il était secrétaire fédéral adjoint en février 1967, ainsi que secrétaire adjoint de la Fédération des élus socialistes de Seine-et-Oise en 1956.
Conseiller municipal en 1953, il fut tête de liste socialiste aux municipales de 1965. Il fut également candidat aux cantonales de 1949 à Argenteuil, de 1951 à Poissy, de 1955 et 1961 à Argenteuil. En 1951 et en 1958, il fut candidat aux élections législatives de 1951.
Il s’était marié en août 1922 à Paris (Ier arr.) avec Germaine Salesse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7760, notice PREST Ernest, Joseph par Jean-Luc Pinol, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 19 janvier 2012.

Par Jean-Luc Pinol

SOURCES : Arch. Nat. F/1cII/299, F/1cII/316 ; F7/13663, 13671, 13676. — Arch. PPo. 308, octobre 1926. — Arch. de l’OURS, dossiers Essonne et Val-d’Oise. — Progrès social de Seine-et-Oise, 22 décembre 1955. — Barodet, 1956. — Bulletin fédéral de la Seine-et-Oise, mai et juin 1955, octobre 1956. — DBMOF, tome 39, p. 213. — Notes de Gilles Morin. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément