BERTHILIER F.

Par Maurice Moissonnier

Ouvrier tisseur ; militant syndicaliste réformiste lyonnais.

L’un des dirigeants de la chambre syndicale mixte des ouvriers tisseurs de la rue Donnée à Lyon, F. Berthilier participa à la préparation du congrès constitutif de la Fédération nationale des syndicats (Lyon 11-16 octobre 1886), mais, rapidement, les éléments révolutionnaires prirent la direction des opérations. Il défendit en vain, au cours des débats, le 12 octobre 1886, la loi Waldeck-Rousseau sur les syndicats et dut subir la défaite des « barberettistes » sur tous les points essentiels abordés par le congrès : loi sur les syndicats, constitution d’une fédération, projet Lockroy sur les conseils de prud’hommes, projet d’un conseil supérieur du travail, socialisation des moyens de production.

Immédiatement après le congrès, Berthilier et son syndicat recherchèrent l’appui de la préfecture du Rhône en vue de la diffusion du Moniteur des syndicats ouvriers, journal barberettiste qui entreprit une campagne contre les conclusions révolutionnaires du congrès. Le 5 novembre 1886, il alla même, dans une lettre au préfet, jusqu’à dénoncer la publication d’un Manifeste aux Travailleurs par la commission exécutive du congrès et il déclara « se mettre à l’entière disposition » de l’administration.

Représentaient au congrès de 1886 le syndicat mixte des tisseurs de la rue Donnée à Lyon : Berthilier, Berthon, Besson, Calle, Clatel, Josserand, Moiroux, Naudot et Romand.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article77639, notice BERTHILIER F. par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 27 novembre 2022.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 10 M 864/4. — Congrès national des syndicats ouvriers (Lyon, 1886). Compte rendu officiel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément