BESANÇON

Par Gilles Pichavant

Né en 1878 ; sous-agent des PTT à Paris, facteur des Postes à Belfort ; militant du syndicat des sous-agents (1905), secrétaire de la section du Doubs du syndicat national des employés des PTT (1920), puis section du syndicat général des employés des PTT (confédéré) (1922 et suivantes) ; socialiste SFIO.

Appartenait au mouvement socialiste depuis 1893, Besançon fut l’un des fondateurs du syndicat national des sous-agents, en 1905, dont il fut membre du conseil d’administration. Le 4 octobre 1905, on le trouve participant à une réunion du syndicat des sous-agents des Postes et télégraphes, tenue au siège social provisoire du syndicat au 154 rue Saint-honoré à Paris, où il fut élu membre d’une commission chargée d’établir un rapport sur la formation de sections syndicales dans le département de la Seine, en dérogation d’un article des statuts.

Le 3 juin 1920, il intervint lors de la première séance du 9e congrès du syndicat des employés des PTT, tenu les 3, 4, 5, 6 juin 1920 à la Grange-aux-Belles à Paris, et demanda que la presse soit admise sans exclusive dans le congrès. Lors de ce congrès, dans la 2e séance du 6 juin, il fut réélu membre du conseil syndical dans sa portion de 12 membres « pour la province » par 207 voix.

À la suite du conseil national du syndicat du 15 janvier 1922, qui avait décidé d’affilier le syndicat à la CGTU, un « Appel aux employés des PTT » fut lancé le 30 janvier par une commission « provisoire » de la fédération postale pour constituer des syndicats (confédérés), et rallier la CGT. Il invitait les syndiqués à le rejoindre, dans le même temps où il recevait les cotisations et délivrait les cartes confédérales CGT. Le 20 avril, à l’ouverture du congrès annuel du syndicat national des employés (Unitaire), les délégués des sections qui avaient décidé de verser leurs cotisations au comité d’action confédéré ne purent, en conséquence, participer à ce congrès. Après avoir tenté de pénétrer dans la salle, ces délégués se réunirent dans une autre salle et créèrent un nouveau syndicat, le syndicat général des employés des PTT (confédéré). Besançon participa à ce congrès confédéré, mais ne fut pas élu membre de son conseil d’administration.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article77684, notice BESANÇON par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 1er décembre 2022.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Notice DBMOF. — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste p. 71. — L’Humanité, 9 octobre 1905, 1er novembre 1905, 5 novembre 1906, 4 juin 1920, 5 juin 1920, 7 juin 1920. — Le Populaire, 30 janvier 1922, 20 avril 1922. — Le Peuple, 29 janvier 1922, 23 avril 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément