BEXANT Alexandre

Né le 16 août 1864 à Denain (Nord) ; ouvrier mineur ; secrétaire général de la chambre syndicale des mineurs du bassin d’Anzin, puis secrétaire de la Fédération du sous-sol ; socialiste, conseiller municipal de Denain.

Alexandre Bexant et son frère jumeau Henri, naquirent le 16 août 1864 à Denain (Nord), fils d’Alexandre Bexant, mineur, et d’Hermine Poulain, ménagère. Il devint mineur comme son père.

Secrétaire général de la chambre syndicale des mineurs du bassin d’Anzin en 1901, Bexant procéda à une enquête sur les licenciements qui eurent lieu après la grève d’Anzin de novembre 1901, licenciements qui frappèrent souvent des responsables syndicaux. Voir Bia Léon, Decarpentry François, Decarpentry J.-B., Desfossez J.-B., Drumont Achille, Falce H., Gervois J., Gordien O., Haubry C., Hocquet F., Hocquet P., Lannoy H., Larcanché J., Lenglet F., Macarez I., Mascaux Ch., Mioux L., Pécheux L., Pellion H., Portois Ch., Vanderpotte F., Vastra J.-B.

De 1903 à 1910, Alexandre Bexant fut secrétaire de la Fédération du sous-sol. — Voir Rondet Michel. — Il lutta ardemment contre l’Union fédérale des mineurs, l’organisation rivale née en 1903, adhérente de la CGT et dont l’âme, à Lens, était Broutchoux. Mais après la catastrophe de Courrières, et les grèves qui s’ensuivirent, une première tentative de rapprochement fut tentée à la suite du congrès des 5 et 6 octobre 1906. L’Union fédérale fut dissoute, la Fédération demanda son adhésion à la CGT, et tous les courants se retrouvèrent en congrès, en avril 1907 à Denain. Mais l’unité avorta, sur le refus de la Fédération de condamner les attaques injurieuses de Basly contre Broutchoux et son syndicat, et par là même contre la CGT — accusation mensongère de détournement de fonds de la solidarité aux victimes de Courrières —, et l’Union fédérale se reconstitua face à la Fédération du sous-sol dont l’adhésion à la CGT n’avait pas été finalisée. Cependant la Fédération continuait à demander son adhésion à la CGT, et les pourparlers continuèrent. Finalement, le 4 août 1908, Bexant confirma par écrit avec Cordier le désaveu des attaques injurieuses de Basly contre la CGT et ses dirigeants. La Fédération du sous-sol intégra la Confédération avec ses soixante mille syndiqués mineurs, et du 5 au 12 octobre 1908, Bexant assista à Marseille, au XVIe congrès national corporatif, 10e de la CGT.

En juillet 1913, Bexant participa au congrès international des mineurs, réuni à Carlsbad (Allemagne). Dans la délégation française il y avait aussi Quintin, Merzel, Cadot, Polonie, et Goniaux.

Conseiller municipal sortant de Denain, il se représenta lors des élections municipales de 1908 sur la liste conduite par Auguste Selle, député socialiste, maire et conseiller général, et fut réélu.

Il s’était marié le 16 août 1890 à Denain, à l’âge de 25 ans, avec Joséphine Martin, couturière (20ans), fille d’un mineur décédé, dont il divorça en septembre 1903.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article77723, notice BEXANT Alexandre, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 3 décembre 2022.

SOURCES : Arch. Nat. F7/12 771. — La CGT, op. cit., p. 433. — J. Julliard, Clemenceau briseur de grèves, coll. Archives, p. 107. — L’Égalité de Roubaix-Tourcoing, du 15 avril 1907, du 25 avril 1908, du 24 juillet 1913. — État civil — Notes de Gilles Pichavant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément