BROUSSOULOUX, dit Pintelon, dit Rouard, dit Viochot, dit Louis l’Algérien

Né à Alger en juillet 1863, Broussouloux fut déclaré insoumis pour ne s’être pas présenté à une période de vingt-huit jours, condamné à un mois de prison par le conseil de guerre d’Alger, puis, à sa libération, incorporé au 1er régiment de zouaves.

En 1890, Broussouloux exploitait un café à Alger. Il vendit son café et se rendit à Marseille. Quand il fut sans argent, il travailla aux docks puis, en 1892, se rendit à Lyon, puis à Saint-Étienne. Conférencier, il était lié aux milieux anarchistes. En août 1893, il fut candidat — peut-être candidat abstentionniste — à Cherbourg à une élection législative. Le mois suivant, il fut condamné, par la cour d’assises de la Manche siégeant à Coutances, à deux ans de prison pour faux en écritures.

En 1896, Broussouloux habitait Paris, 5, rue Sainte-Isaure. Il participa, en septembre, au VIIIe congrès national corporatif — 2e de la CGT — tenu à Tours (Indre-et-Loire) et devint membre du comité de la grève générale. Selon un rapport de police, il était d’une « intelligence au-dessus de la moyenne » ; après avoir préconisé l’emploi de moyens violents, il se déclarait en faveur d’une « propagande intellectuelle ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article78389, notice BROUSSOULOUX, dit Pintelon, dit Rouard, dit Viochot, dit Louis l'Algérien , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 24 mai 2010.

SOURCE : Arch. Nat. F7/13 933.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément