QUINCY Julien

Par Jean-Pierre Bonnet et Marie-Louise Goergen

Sous-chef de gare ; syndicaliste FO, révoqué en 1953.

Julien Quincy aurait eu des activités dans la Résistance. Travaillant au Service Exploitation à Paris-Est, il participa aux congrès de l’Union nationale des cadres et maîtrise (UNCM) de la Fédération FO des cheminots en mars 1950 et mai 1952, aux congrès fédéraux en mai 1950 et juin 1952, à la Conférence nationale Exploitation en novembre 1951, au congrès de l’Union Est en avril 1952 et au congrès confédéral en 1952. Secrétaire du syndicat de Paris-Est en mai 1951, secrétaire général adjoint de l’UNCM en mai 1952, il fut exclu de l’organisation par le bureau de l’Union Est en janvier 1953.
Sous-chef de gare à Sézanne (Marne), il fut révoqué le 29 septembre 1953 pour avoir protesté contre les réquisitions exprimées lors des grèves d’août 1953 et pour activités syndicales ; selon une note de police, il aurait « bloqué la signalisation, en gare de Sézanne, où il occupait le poste de sous-chef ». Cette révocation aurait eu lieu en dépit d’un appel conjoint des cheminots d’Esternay (Marne) de la CGT et de la CFTC, témoignant contre la thèse de « Quincy meneur ».
Par la suite, Julien Quincy rejoignit le mouvement poujadiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7851, notice QUINCY Julien par Jean-Pierre Bonnet et Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 8 mai 2012.

Par Jean-Pierre Bonnet et Marie-Louise Goergen

SOURCES : Arch. PPo., SNCF S30, note du 1er octobre 1953. — Arch. Fédération CGT des cheminots. — « Les Échos FO », Le Rail syndicaliste, 17 novembre 1955. — Compte rendu du congrès confédéral FO de 1952.— Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément