CALMELS [cocher]

Cocher à Paris ; socialiste blanquiste et syndicaliste.

Cocher ; socialiste blanquiste. Militant de la Bourse du Travail de Paris, Calmels assista au congrès constitutif de la Fédération des Bourses du Travail, Saint-Étienne, 7-8 février 1892. Il fut élu délégué suppléant au secrétariat national du Travail — Voir Bonnevial M. Un rapport du commissaire spécial de Saint-Étienne du 9 février 1892 le qualifie alors de « secrétaire de la grève des cochers de Paris ».

L’année suivante, Calmels assista au IIe congrès, Toulouse, 12-15 février. Il fut à nouveau délégué au Secrétariat national du Travail — Voir Bonnevial M.

Il représenta le syndicat des cochers de Paris au XIe congrès national corporatif — 5e de la CGT — tenu à la Bourse du Travail de Paris en septembre 1900.

Il participa du 19 au 21 septembre 1900 à la Bourse du Travail à Paris au Congrès international des Unions des Travailleurs de Transports (considéré comme le 3ème congrès de l’ITF, Fédération Internationale des Travailleurs des Transports). Calmels et Jacques Mazaud furent les délégués de la Chambre syndicale des Cochers de la Seine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article78524, notice CALMELS [cocher], version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 1er juin 2022.

SOURCES : Arch. Nat. F7/12 493. — Comptes rendus de congrès. — R. Brécy, Le Mouvement syndical..., op. cit. — Compte rendu du Congrès International des Unions des Travailleurs de Transports, Paris, 1900. — Note de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément