CHALMANDRIER François

Par Madeleine Rebérioux

Né le 11 septembre 1870 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) ; mort à Paris vers 1950 (?) ; mineur ; militant syndicaliste.

François Chalmandrier milita de bonne heure au syndicat des mineurs de Montceau. Les archives portent la trace de son activité dès 1896 et il joua un rôle dirigeant dans la grande grève de juin 1899. Il était alors, et il le resta en 1900, secrétaire général de l’Union des syndicats de Montceau. Au congrès de janvier 1900 au cours duquel se constitua, après un premier échec en 1899, la fédération autonome des groupes socialistes de Saône-et-Loire, il fut confirmé dans la délégation au congrès d’unité socialiste de Japy qui lui avait déjà été confiée par les syndicats.
En pleine grève des mineurs de Montceau, en 1901, il fut envoyé avec J.-B. Meulien au congrès des mineurs de France qui se tint à Lens du 11 au 14 avril. Il y fit l’historique des grèves de Montceau, signala que 430 ouvriers étaient menacés de renvoi, et insista, mais en vain, pour que le congrès décide la grève générale des mineurs à partir du 21 avril. Renvoyé de la mine, il fut de ceux qui contresignèrent en septembre 1901 un télégramme chaleureux envoyé par la fédération autonome au congrès du Parti ouvrier français qui siégeait à Roubaix.
Avait-il pour autant une orientation socialiste précise ? On peut en douter. Son comportement dans les années qui suivent le montre plus proche des anarchistes. Benoît Delorme et Benoît Broutchoux, licenciés eux aussi de la mine, l’auraient fait venir dans le Pas-de-Calais pour y monter, face à Basly et Lamendin, le « Jeune Syndicat » plus combatif. Plus tard, devenu voyageur de commerce, il ne semble pas avoir adhéré à la SFIO. Mais le préfet ne cessa pas, jusqu’en 1911, de le classer parmi les antimilitaristes à surveiller ; et il conserva sans doute aussi l’anticléricalisme vivace qui, lorsqu’il présidait des baptêmes civils en 1900, lui faisait préconiser aux parents de ne jamais « laisser approcher les enfants de la calotte ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article78802, notice CHALMANDRIER François par Madeleine Rebérioux, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 28 décembre 2019.

Par Madeleine Rebérioux

SOURCES : Arch. Dép. Saône-et-Loire 30 M 44 et 41 M 6. — Congrès des Mineurs de France tenu à Lens du 11 au 14 avril 1901, compte rendu analytique. — G. Dumoulin, « Benoît Delorme », Études sociales et syndicales, mars 1956. — L’Union républicaine de Saône-et-Loire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément