CHARPENTIER

Par Henri Manceau

Ouvrier du bâtiment de Mézières-Mohon (Ardennes), Charpentier fut un des fondateurs du Cercle « l’Étincelle » de Charleville. Il fut secrétaire de la fédération des travailleurs socialistes des Ardennes à ses débuts (1886). Gérant de son journal, il démissionna le 3 novembre 1888 en raison de son élection au poste de secrétaire de la Fédération et du journal. Il occupa cette fonction jusqu’au 26 mai 1889 et expliqua dans une lettre au comité fédéral les raisons de sa démission : « [...] ayant repris mon travail et voulant donner un démenti aux gens qui disent que sans le journal je crèverais de faim, j’ai donc voulu prouver à ces crétins que j’ai encore des bras pour travailler... Croyez bien que cela ne me fera nullement déserter la cause commune et que je serai toujours un fidèle du socialisme. » En effet, il continua de militer au cercle d’études sociales « L’Étincelle » ; il en fut élu membre du comité de vigilance en 1889. Au 10e congrès national du POSR qui se tint à Paris du 21 au 29 juin 1891, il fut délégué de groupes de la Fédération des Ardennes : les syndicats de métallurgistes de Givonne, des tissus de Floing, de Daigny et d’Illy. Voir Chauvet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article78897, notice CHARPENTIER par Henri Manceau, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Henri Manceau

  : Didier BIGORNE (sous la dir. de), Terres ardennaises, n° spécial, n°46 : Visages du mouvement ouvrier, mars 1994.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément