COMBOMOREIL Auguste (ou COURBOMOREIL Auguste ?)

Né dans la Creuse en 1853, ouvrier tailleur de pierres, Auguste Combomoreil fut délégué à l’exposition internationale de Boston en 1883. En 1895 il fut secrétaire du syndicat des tailleurs de pierres et conseiller prud’homme ; il résidait alors 67 rue de la Glacière (Paris, XIIIe arr.). Candidat socialiste indépendant en 1884 à Saint-Gervais (Paris, IVe arr.) où il obtint 0,9 % et à l’Arsenal où il obtint 1,90 % des voix. Lors d’une élection partielle en 1896 à la Maison-Blanche (Paris, XIIIe arr.) il ne recueillit à nouveau que moins de 1 % des suffrages des inscrits. Les procès verbaux des réunions du C.R.C. font état en 1890 de la présence d’un Combomoreil.
Anarchiste du Bâtiment parisien, Combomoreil assista comme délégué au IIe congrès national des syndicats ouvriers de France tenu à Montluçon en octobre 1887. Il y représentait les tailleurs de pierre, charpentiers en fer, maçons, menuisiers et paveurs de Paris (cf. c. rendu du congrès). Il y souleva, avec Berger le problème de la grève générale.
Le nom est orthographié Courbomoreil dans le rapport du 31 octobre 1887, Arch. Nat. F7/12 491.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article79279, notice COMBOMOREIL Auguste (ou COURBOMOREIL Auguste ?) , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCE : Michel Offerlé, Les socialistes et Paris, 1881-1900. Des communards aux conseillers municipaux, thèse de doctorat d’État en science politique, Paris 1, 1979.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément