RAVIER Élie

Né le 9 décembre 1844 à Branches (Yonne) ; employé de chemin de fer ; communard.

Élie Ravier était employé de chemin de fer à Paris ; marié, sans enfant.
Fourrier d’ordre, pendant le 1er Siège, au 178e bataillon de la Garde nationale, Ravier passa lieutenant, puis capitaine d’ordre à la XIIe légion pendant la Commune de Paris. Il fit partie d’un groupe de Communards, presque tous originaires de la Nièvre, qui se rendirent entre le 12 et le 15 mai 1871 à Nevers en vue, dira l’accusation, d’organiser dans le Centre un mouvement favorable à la Commune. Ravier devint secrétaire du commissaire général Origet-Ducluzeau.
Arrêté, il comparut, le 9 juillet 1872, devant le 3e conseil de guerre qui le condamna à cinq ans de détention, bien que les renseignements fournis sur lui par le commissaire de police de la rue de Charenton, XIIe arr. n’aient pas été défavorables.
Ravier n’avait subi antérieurement aucune condamnation. Sa peine fut réduite d’un an le 23 décembre 1874. Voir J.-A. Bernard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7947, notice RAVIER Élie, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 17 mai 2020.

SOURCE : Arch. Nat. BB 24/765.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément