DEGEYTER Adolphe et Pierre

Par Jean Maitron, Madeleine Rebérioux

Adolphe Degeyter, né à Lille (Nord), le 25 janvier 1859 et son frère Pierre Degeyter, né à Gand le 8 octobre 1848, se disputèrent la paternité de la musique de L’Internationale, poème d’Eugène Pottier. La justice l’attribua à Adolphe et la postérité à Pierre.

Pierre Degeyter
Pierre Degeyter

Né à Lille (Nord), le 25 janvier 1859, dans une humble famille, Adolphe Degeyter ne reçut qu’une instruction primaire, mais, dès l’âge de dix ans, apprit la musique. Militant du POF, du Parti socialiste de France puis du Parti socialiste SFIO il occupait, à la veille de la Première Guerre mondiale, un emploi dans les services municipaux de la ville de Lille après avoir été longtemps ouvrier forgeron.

En 1888, à la demande de la section lilloise du POF et de G. Delory, en particulier, A. Degeyter composa une musique pour L’Internationale, un poème d’Eugène Pottier, ancien Communard, qui l’avait écrit en juin 1871. Il donna ainsi son hymne révolutionnaire au mouvement socialiste. Ce rôle, il est vrai, lui fut contesté par son propre frère Pierre né à Gand le 8 octobre 1848 qui, ouvrier menuisier à Lille — il avait commencé à travailler à l’âge de sept ans — devint, selon son expression, « escalioteur », c’est-à-dire spécialiste de construction d’escaliers. Pendant plusieurs années, il avait fréquenté les cours de musique donnés le soir au Conservatoire de Lille et était devenu ainsi un des animateurs de la « Lyre des Travailleurs » de la ville. C’est en cette qualité qu’il aurait composé en 1888 la musique de l’Internationale qui ne devint le chant national des travailleurs qu’à partir de 1896 (14e congrès national du POF tenu à Lille) et de 1899 (congrès général des organisations socialistes tenu à Paris) et dont la renommée s’étendit ensuite au-delà des frontières, vers 1910.

Pierre Degeyter s’installa à Saint-Denis en 1901. Se prétendant l’auteur du chant fameux, il fit un procès à son frère. Débouté, il fit appel et fut entendu le 12 mars 1908 devant la 4e cour de la Seine. Le premier jugement fut confirmé et Adolphe Degeyter, défendu par Jules Uhry, fut ainsi reconnu par un jugement officiel comme le vrai père de l’Internationale. Adolphe, malade, désespéré par le déclenchement d’une guerre que l’Internationale ouvrière n’avait pu empêcher, mit fin à ses jours en février 1916.

Pierre Degeyter, devenu vieux, dut cesser de travailler. Il vécut alors dans la gêne. Mais la municipalité de Saint-Denis l’hébergea et l’ambassade de l’URSS lui versa une petite pension à titre de droits d’auteur, L’Internationale étant devenue l’hymne nationale de l’URSS de janvier 1918 à 1943.

Le PC le présenta aux élections sénatoriales dans la Seine en janvier 1927 (cf. L’Humanité, 7 janvier 1927). En 1928, pour fêter ses quatre-vingts ans et les quarante ans de l’Internationale, il fut invité à Moscou où un accueil triomphal lui fut réservé. Après avoir refusé l’hospitalité définitive des Soviets, P. Degeyter revint à Saint-Denis où il mourut le 26 septembre 1932.

Le procès du 12 mars 1908 n’avait donc pas emporté la conviction générale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article79745, notice DEGEYTER Adolphe et Pierre par Jean Maitron, Madeleine Rebérioux, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 septembre 2020.

Par Jean Maitron, Madeleine Rebérioux

Pierre Degeyter
Pierre Degeyter

SOURCES : Charles Vérecque, Dictionnaire du socialisme, op. cit., pp. 136-137. — L’Humanité, 13 mars 1908. — G. Delory. Aperçu historique sur la Fédération socialiste du Nord, 1876-1920, Lille, 1921. — Bulletin annuel de l’Institut français d’Histoire sociale, s. d. [1951] : lettre de P. Degeyter, Moscou, 9 août 1928, cf. pp. 15-16. — Marc Ferro, L’Internationale, Éditions Némésis, 1996. — Xavier Maugendre, L’Europe de hymnes, Mardaga, 1996, p. 359-369.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément