RECOLIN Auguste

Par Antoine Olivesi

Né le 2 décembre 1902 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; cheminot ; militant syndicaliste CGT.

Auguste Recolin était cheminot à Marseille au service de l’exploitation et militait à la CGT dans les années trente. En 1933, il était secrétaire du syndicat CGT des cheminots des Bouches-du-Rhône qu’il représenta au congrès de la région du Sud-Est le 1er novembre. L’organe communiste Rouge-Midi le qualifia le 12 mai 1934 de « chef cheminot hostile à l’unité syndicaliste ». Ce journal signale qu’il participa néanmoins aux négociations qui aboutirent à la fusion entre cheminots confédérés et unitaires le 27 novembre de la même année. Le 16 janvier 1936, il fut élu membre du bureau du syndicat réunifié des cheminots.
En avril, Auguste Recolin signa, au nom des cheminots, un appel inspiré de la tendance « Syndicats », puis en juin, à la veille du congrès de l’UD, il dénonça la « déloyauté » du PC et sa mainmise sur l’organisation syndicale. Le 24 septembre 1939, il lança un appel aux cheminots, au nom de la minorité syndicale, dénonçant la « trahison communiste » et « le silence du PC » après l’invasion de la Pologne par l’Armée rouge. Le 5 novembre, il fut élu membre de la CA de la nouvelle UD-CGT, après l’exclusion des communistes, puis secrétaire général du nouveau syndicat des cheminots.
Sur le plan politique, Auguste Recolin, alors retraité, fut candidat sur la liste SFIO, aux élections municipales complémentaires de février 1939 dans le 4e secteur de Marseille.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7975, notice RECOLIN Auguste par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 21 décembre 2011.

Par Antoine Olivesi

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/10809, 11793, VM/290. — Le Petit Provençal, 1933-1939. — Marseille-Matin, 24 septembre 1939. — Rouge-Midi, 12 mai et 8 décembre 1934.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément