GANCE (citoyenne)

Par Madeleine Guilbert

Déléguée des piqueuses de bottines de Lyon (Rhône) au congrès constitutif de la Fédération nationale des syndicats (Lyon, 11-16 octobre 1886), elle intervint dans la discussion sur la prud’homie. Après avoir décrit la situation dans sa corporation, elle conclut : « Nous comptons, citoyens, que vous prendrez en considération l’exposé des misères dont nous sommes victimes et nous terminons en vous rappelant que si, jusqu’alors, nous avons été impuissantes à protester contre certaines réductions de salaires, c’est que nous ne sommes pas justiciables des conseils de prud’hommes. Aussi comptons-nous sur vous, citoyens, pour que, dans les revendications que vous apportez ici, à propos de la loi sur les conseils de prud’hommes, vous n’oubliez pas de réclamer les mêmes droits que pour vous en faveur de celles qui sont vos femmes, vos mères et vos sœurs et que la rapacité capitaliste oblige souvent à faire, dans une même journée, le travail de l’atelier et le travail de la famille. Soyez certains, citoyens délégués, que nous associer à vos revendications est le plus sûr moyen d’en finir promptement avec l’exploitation de l’homme par l’établissement de la justice sociale ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article80589, notice GANCE (citoyenne) par Madeleine Guilbert, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Madeleine Guilbert

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément