RINGEVAL Marcel

Par Yves Le Maner

Né le 23 décembre 1901 à Wallers (Nord), mort le 9 juillet 1944 en déportation ; cheminot, plombier-zingueur ; militant syndicaliste et communiste du Nord.

Après l’obtention de son certificat d’études primaires, Marcel Ringeval travailla avec son père comme peintre en bâtiment puis partit en apprentissage chez un oncle, plombier à Hellemmes. Son service militaire accompli, il entra en 1923 comme plombier-zingueur à la Compagnie des chemins de fer du Nord. Il conserva cet emploi jusqu’en juillet 1941, date à laquelle il fut licencié en raison de ses activités politiques.
Adhérent au syndicat CGTU des cheminots d’Aulnoye (Nord) dès ses débuts au chemin de fer, il fut choisi par ses camarades comme délégué du personnel et délégué à la sécurité. Élu secrétaire du syndicat unitaire en 1934, Marcel Ringeval mena les discussions préalables à la réunification avec les confédérés, bénéficiant dans ce processus des excellents rapports qu’il entretenait avec les militants du syndicat concurrent. Secrétaire du puissant syndicat de la CGT unifiée des cheminots d’Aulnoye (plus de 1 500 adhérents) de 1936 à 1939, il en fut le délégué à plusieurs congrès régionaux et nationaux (Nantes, Lille). En 1937, il fut nommé secrétaire de l’Union locale des syndicats d’Aulnoye et de ses environs qu’il entreprit de réorganiser. Ses efforts furent brutalement ruinés par l’échec de la grève générale du 30 novembre 1938 qui démantela plusieurs syndicats par suite de licenciements.
Bien qu’il ait été membre du Parti communiste depuis 1923, Marcel Ringeval refusa d’y assumer des responsabilités à quelque niveau que ce soit. Il fut cependant élu adjoint au maire de Leval où il résidait, à l’occasion des municipales de 1935. Ayant refusé de désavouer le Pacte germano-soviétique, il fut déchu de son mandat municipal en 1940. Licencié pour son activité au sein du PC clandestin, il fut arrêté en octobre 1941. Emprisonné à Doullens (Somme), puis à Écrouves (Meurthe-et-Moselle), transféré ensuite à Voves (Eure-et-Loir), il parvint à s’évader mais fut rapidement repris par les Allemands. Interné à Compiègne, il fut ensuite déporté en Allemagne.
En 1945, Marcel Ringeval fut élu maire de Leval. C’était un mort qui venait d’être désigné. En effet, à l’été 1944, devant l’avance rapide des troupes soviétiques, les gardiens nazis avaient embarqué plusieurs centaines de prisonniers sur des cargos qui furent coulés dans les eaux de la Baltique. Marcel Ringeval était l’un d’eux. La nouvelle de son décès ne parvint à Leval qu’à la fin de l’année 1945. On peut voir une photo de lui en médaillon sur le monument érigé à sa mémoire à Aulnoye.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8125, notice RINGEVAL Marcel par Yves Le Maner, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 4 avril 2012.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Dép. Nord, M 595/35. — Marie-Françoise Talon, Biographie des militants ouvriers de l’arrondissement de Avesnes-sur-Helpe (1919-1939), Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1974.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément